Identité: divergence entre Drainville et Cloutier

Lundi, Bernard Drainville a vivement réagi aux propos... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Lundi, Bernard Drainville a vivement réagi aux propos tenus en matinée par son collègue et rival Alexandre Cloutier.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

L'avenir du Parti québécois passera par l'affirmation identitaire, notamment en proclamant la laïcité de l'État, selon le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, un avis que ne partage pas son collègue Alexandre Cloutier.

C'est la pertinence du PQ et du mouvement souverainiste dans son ensemble qui se jouent sur cette question fondamentale, affirme Bernard Drainville, candidat au leadership du parti.

Il est d'avis que le sujet ne saurait donc être mis de côté pour aucune considération, surtout pas durant une course au leadership.

En entrevue à La Presse Canadienne, lundi, le candidat à la succession de Pauline Marois a vivement réagi aux propos tenus à la radio de Radio-Canada en matinée par son collègue et rival Alexandre Cloutier.

La sortie de M. Drainville indique que la question identitaire sera certainement une des pommes de discorde entre les candidats au leadership, car M. Cloutier, qui n'entend pas s'en laisser imposer, n'a pas tardé à répliquer aux propos de son collègue.

Sur les ondes de la radio de Radio-Canada, M. Cloutier a pris ses distances des positions identitaires de sa formation, au micro de l'animatrice Marie-France Bazzo.

Le débat identitaire, «il faut en revenir», a dit M. Cloutier, mettant en garde ses rivaux contre la tentation d'adopter des «positions extrêmes», en cédant le pas à la «partisanerie». Il disait privilégier les positions consensuelles.

M. Drainville, qui revient de Paris où il était invité à participer samedi à un colloque sur la laïcité, se dit en «profond désaccord» avec le discours tenu par son collègue député de Lac-Saint-Jean.

Au contraire, au PQ, «ça prend un chef qui est capable de prendre les questions identitaires à bras-le-corps», soutient le père de la Charte des valeurs au sein de l'ancien gouvernement péquiste.

Il s'agit là, à ses yeux, d'un «enjeu fondamental pour l'avenir du Parti québécois et pour l'avenir du mouvement indépendantiste».

C'est «la pertinence même du mouvement indépendantiste» qui est en jeu.

Le parti commettrait donc une «grave erreur», selon lui, en choisissant délibérément de tourner le dos à toutes ces questions, sous prétexte de ne pas déplaire à certains.

Quand on aborde ces sujets, «il faut être capable de faire preuve des nuances, de la rigueur, de la hauteur», a rétorqué à son tour M. Cloutier, lors d'un entretien téléphonique, après avoir pris connaissance des commentaires de M. Drainville, qui ne devrait pas «glisser vers des raccourcis» sur cet enjeu, comme il a fait par le passé.

Bernard Drainville «est en train de se laissser entraîner vers un glissement vers des positions extrêmes», selon son rival, le député de Lac-Saint-Jean.

M. Cloutier, qui dit avoir adopté les mêmes positions consensuelles que Bernard Landry, Lucien Bouchard et Gilles Duceppe, laisse entendre que M. Drainville a fait sa sortie «divisive» à des fins électoralistes «pour gagner une course à la chefferie».

Selon Bernard Drainville, ou bien le PQ fait clairement de la différence identitaire des Québécois son cheval de bataille ou bien il sombre dans le multiculturalisme à la canadienne, un scénario inconcevable.

«Il ne faut pas laisser le champ libre à l'idéologie du multiculturalisme canadien», soutient celui qui prône l'interdiction des signes religieux pour les employés de l'État, sauf ceux qui sont déjà en poste.

Il retient de son bref séjour à Paris que la question de la laïcité de l'État touche désormais «toutes les démocraties occidentales», alors qu'on assiste à une montée de l'intégrisme et du terrorisme religieux.

Et ce, même en France, championne de la laïcité, un pays qui a séparé officiellement l'Église de l'État en 1905.

À Paris, il était invité à participer à un colloque organisé par le Comité Laïcité République, qui regroupe des élus, anciens élus et sénateurs autour de la promotion de la laïcité de l'État. Son texte était intitulé «Le cas du Québec».

Il dit que le gouvernement canadien et les partis fédéraux croyaient faire l'économie de ce débat grâce au multiculturalisme, mais que «le niqab les a rattrapés», alors qu'une femme a revendiqué de porter ce voile intégral qui couvre tout le corps sauf les yeux lors de sa prestation de serment d'allégeance au Canada.

M. Drainville rejette catégoriquement le niqab, une «manifestation d'intégrisme religieux», qui pousse le «multiculturalisme à l'extrême».

«Qui au Québec pense que c'est une bonne idée de cautionner le fait qu'une femme soit obligée de couvrir tout son corps au nom d'une croyance religieuse? Voyons donc!», s'exclame-t-il, en réaffirmant que les services publics devraient être fournis et reçus à visage découvert, ce qui constitue «un strict minimum».

«Pas de place pour le relativisme culturel» sur un tel enjeu.

Mais M. Drainville ne va pas jusqu'à vouloir bannir le niqab et la burqa de l'espace public, comme en France. «Je ne suis pas prêt à aller là», dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer