Exclusif

Bureau-Blouin met fin à un flirt entre jeunes péquistes et le FN

«Il n'y a aucun lien institutionnel entre le... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

«Il n'y a aucun lien institutionnel entre le PQ et le Front national, un parti d'extrême droite qui ne reflète en rien les valeurs des péquistes», a déclaré Léo Bureau-Blouin.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Des élus du Comité national des jeunes (CNJ) du Parti québécois et membres de l'organisation du candidat à la direction Bernard Drainville ont envisagé de s'associer au Front national (FN), le parti d'extrême droite de Marine Le Pen, pour dénoncer la décision de Québec de hausser les droits de scolarité des étudiants de l'Hexagone.

La Presse a pris connaissance des échanges sur Facebook de leaders des jeunes péquistes, une conversation tenue pour l'essentiel le 19 février en après-midi.

Joël Morneau, supporteur de Bernard Drainville pour l'Abitibi et président des jeunes péquistes de sa région, y diffusait un projet de lettre de deux pages signée par deux officiers du Front national, «des amis souverainistes francophones de la France». Essentiellement, on y dénonce la décision de Québec quant aux droits de scolarité.

N'eût été une intervention virulente de Léo Bureau-Blouin, président des jeunes péquistes, les jeunes péquistes semblaient ambivalents devant cette initiative, «Plaidoyer pour une nouvelle amitié France-Québec», où des membres du CNJ ajoutaient leurs noms à ceux de Gaëtan Dussausaye, directeur du Front national de la jeunesse, et Loup Viallet, délégué national du FN de la région de Lyon.

En fin de journée, hier, Léo Bureau-Blouin a reconnu à La Presse avoir été «surpris» devant ces quelques heures de tergiversations chez les officiers du CNJ. «Il n'y a aucun lien institutionnel entre le PQ et le Front national, un parti d'extrême droite qui ne reflète en rien les valeurs des péquistes», a-t-il tranché.

Les dirigeants du CNJ qui ont soupesé la possibilité d'adhérer à une lettre conjointe avec le FN «manquent probablement d'information sur la politique française», a aussi expliqué l'ex-député, porte-parole des jeunes du PQ.

Selon le porte-parole du CNJ, Alexandre Banville, ceux qui paraissaient tentés par l'initiative de M. Morneau ne sont pas tous des supporters de Bernard Drainville. Charles Picard-Duquette, porte-parole des jeunes péquistes de l'Estrie, appuie Pierre Karl Péladeau, relève-t-il.

Dans l'organisation Drainville, on était irrité de constater que des supporters s'étaient mis dans une telle situation. «Ce sont des jeunots qui ne savent pas ce qu'ils font, c'est un manque de jugement», a laissé tomber un lieutenant du député de Marie-Victorin, qui se trouvait à Havre-Saint-Pierre, hier.

Le FN de Marine Le Pen avait publiquement salué l'élection du gouvernement Marois en 2012 - «le seul parti qui nous appuie ouvertement», a martelé sur Facebook M. Picard-Duquette. Il proposait à ses collègues du CNJ un lien avec le site du Front national, relevant le communiqué de presse «Victoire du Québec libre!», où Marine Le Pen «salue avec fierté la victoire du Parti québécois», en septembre 2012.

Marine Le Pen... (Photo: AFP) - image 2.0

Agrandir

Marine Le Pen

Photo: AFP

«Quand les fédéralistes québécois et français souhaitent briser notre amitié, nous, souverainistes français et québécois, affirmons qu'une autre voie est possible», affirme la lettre du FN que le jeune Morneau souhaitait voir endossée par ses collègues.

Déjà trois membres du CNJ l'avaient endossée, précise-t-il, sans les nommer. Il a finalement laissé tomber, faute d'appuis suffisants.

Des échanges animés

Julien Gauthier, organisateur de Bernard Drainville pour le Saguenay, a d'abord appuyé la démarche de M. Morneau. «Tu peux mettre mon nom», écrit-il. Deux intervenants, Alexandre Banville et Camille Goyette Gingras, avaient des réticences.

«Faut pas virer fou, on ne dit pas qu'on sort avec le FN. On s'allie juste pour le bien de la cause», a alors expliqué M. Morneau. «Ce serait fichtrement courir après le trouble», a ajouté M. Banville.

«J'ai dit oui d'abord, et par la suite j'ai vu que ce n'était pas une bonne idée», a expliqué M. Gauthier, joint par La Presse hier.

«Il faut arrêter de voir le FN comme une gang de fascistes et de radicaux», a ajouté M. Morneau sur Facebook. Vincent-Gabriel Langlois, organisateur de Bernard Drainville à Québec et vice-président du CNJ, est intervenu, suggérant «qu'on enlève nos titres y compris eux [les membres du FN] pour diminuer le potentiel de backlash?»

Quatre heures plus tard, M. Bureau-Blouin a sifflé la fin de la récréation. «On devrait être prudents. [...] Le PQ ne devrait pas s'associer avec un parti d'extrême droite qui a déjà tenu des propos à caractère raciste et antisémite», sans compter qu'un tel rapprochement nuirait aux relations plutôt bonnes du PQ avec le Parti socialiste français.

«À titre d'exemple, a ajouté M. Bureau-Blouin, Jean-Marie Le Pen a dit en 2014 qu'il faudrait faire «une fournée», c'est-à-dire mettre dans un four le chanteur juif Patrick Bruel», qui avait appelé à un boycottage des villes ayant voté pour le Front national.

Plus tard, quand il a vu que les élus du CNJ continuaient malgré tout de flirter avec l'idée d'une association, Léo Bureau-Blouin a haussé le ton. «Je pense que certains ne réalisent pas que c'est un parti dangereux, et que ce n'est pas un petit enjeu. Le nom du PQ ne doit pas être associé à un parti d'extrême droite. Il me semble qu'on devrait pouvoir s'entendre là-dessus.»

«Le FN, ce n'est pas la mer à boire», a tout de même ajouté sur Facebook le vice-président du CNJ, Vincent-Gabriel Langlois, supporter de Drainville, qui a souligné que la lettre pourrait être diffusée si les appuis ne se limitent pas au PQ et au FN. «Ce que j'ai dit, c'est que je pourrais passer par-dessus la présence du FN s'il y avait d'autres partis», a précisé M. Langlois en fin de journée hier.

«Moi, je peux signer, j'ai un coloc noir. Ils oseront jamais me traiter de raciste!», a dit sur Facebook Charles Picard-Duquette, président des jeunes péquistes de l'Estrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer