Exclusif

Sondage CROP-La Presse: Péladeau battrait Couillard

Selon le sondage, une chose est claire, Pierre... (PHOTO ARCHIVES LE DROIT)

Agrandir

Selon le sondage, une chose est claire, Pierre Karl Péladeau représente de loin la meilleure chance pour le PQ. Ses trois adversaires qui siègent à l'Assemblée nationale forment loin derrière un peloton serré.

PHOTO ARCHIVES LE DROIT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Pour les Québécois, il n'est ni à droite ni à gauche. C'est la souveraineté du Québec qui est la marque de commerce de Pierre Karl Péladeau. Et avec «PKP» à sa tête, le PQ prendrait une nette avance devant les libéraux de Philippe Couillard, observe le plus récent sondage de la maison CROP.

Sans doute susceptible de conforter l'avance déjà insurmontable dont jouit M. Péladeau dans la course à la direction du PQ, l'enquête réalisée du 11 au 15 février auprès de 1000 internautes relève qu'avec le magnat de la presse à sa tête, le PQ obtiendrait 37% des suffrages, contre 33% pour le PLQ et un maigre 18% pour la Coalition avenir Québec. «Et quand le PQ a une telle avance confortable, il remporte généralement les élections», observe le vice-président de CROP, Youri Rivest.

Mieux que Pauline Marois

Bien sûr, les Québécois ne voteront pas avant trois ans et demi. «Avec de tels chiffres, il l'emporterait, mais à plus de trois ans des élections, c'est un potentiel qu'il ne doit pas dilapider.» En 2012, Mme Marois l'avait emporté, formant un gouvernement minoritaire avec 32% des voix, un point devant le PLQ. En 2014, elle n'avait récolté que 25% des suffrages. Aux dernières élections, le PLQ avait récolté 42% des suffrages, contre 25% au PQ et 23% à la CAQ.

Meilleure chance du PQ

Chose certaine, Pierre Karl Péladeau représente de loin la meilleure chance pour le PQ. Ses trois adversaires qui siègent à l'Assemblée nationale forment loin derrière un peloton serré. Ainsi, Bernard Drainville décrocherait 24% des voix, 13 points derrière le PLQ, ex aequo avec la CAQ. Alexandre Cloutier en aurait 23%, 15 points derrière le PLQ, mais devancerait de deux points la CAQ. Martine Ouellet, avec ses 25%, traînerait par 12 points derrière les libéraux, mais aurait 3 points de plus que la CAQ. Pierre Céré, le dernier en lice, est loin derrière, avec 17% d'appuis. «Il n'y a pas vraiment de deuxième dans la course», résume Rivest.

Champion des souverainistes

Les électeurs ne considèrent pas Pierre Karl Péladeau comme un politicien de droite ou de gauche. C'est la souveraineté qui est sa marque de commerce. Ainsi, 47% des répondants pensent qu'il va «probablement tenir un référendum dans un premier mandat», et 86% des répondants qui souhaitent un référendum rapide croient que Pierre Karl Péladeau va répondre à leurs attentes. Les autres candidats paraissent bien moins identifiés au projet souverainiste, même Martine Ouellet, qui promet d'agir rapidement. Un répondant sur cinq croit qu'elle agira dans un premier mandat, contre à peine 15% pour Bernard Drainville et 9% pour Alexandre Cloutier. Le défi sera important, 45% des répondants souhaitant qu'il n'y ait «jamais» d'autre référendum, tandis que 31% des souverainistes veulent qu'il y en ait un dès un premier mandat péquiste.

Pas de progrès

Toutefois, on ne peut parler de vague de fond au profit du député de Saint-Jérôme. En octobre 2014, CROP avait observé que 28% des répondants se disaient «davantage» tentés de voter pour le PQ avec lui comme chef. On était à 29% la semaine dernière. En revanche, depuis octobre, la proportion des gens «moins portés à voter pour le PQ» avec M. Péladeau est passée de 20 à 24%. Là encore, il reste de loin le meilleur atout de son parti. Les autres candidats, MM. Drainville, Cloutier et Céré et Mme Ouellet, nuisent nettement à la force d'attraction de leur parti.

Ni à gauche ni à droite

La maison de sondage CROP a évalué la perception des différents candidats sur l'axe gauche-droite. Ici, l'opinion sur l'homme d'affaires surprend, puisqu'il est perçu tant comme un homme de gauche que comme un défenseur de la droite. Quand on leur demande s'il favorise l'intervention de l'État ou une réduction du soutien gouvernemental, 44% des répondants qui ont une opinion se répartissent également. Même chose quand on leur demande si M. Péladeau favorise les démunis ou estime que les gens doivent faire leur place sans l'appui du gouvernement. Tous les autres candidats sont, eux, nettement identifiés à la moitié gauche du spectre politique.

Pas de printemps érable en vue

En dépit des controverses entourant les compressions budgétaires et les réformes du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, le taux de satisfaction du gouvernement ne fluctue pas, depuis novembre dernier. Ainsi, 58% des répondants se disaient insatisfaits, comme en décembre. Le taux de satisfaction descend d'un point, à 37%, là encore inchangé depuis novembre. «On ne retrouve pas les conditions pour une réédition du printemps érable. Le gouvernement Charest à l'époque ne recueillait que 25% de satisfaction», explique Youri Rivest.

Chute de la CAQ

À la question traditionnelle sur les intentions de vote, CROP constate que la Coalition avenir Québec a perdu des plumes, passant de 27 à 22% des appuis, depuis décembre. Alors que le gouvernement fait les manchettes pour ses décisions et le PQ pour la course à la direction, «la CAQ a un problème de visibilité», observe Youri Rivest, qui relève aussi que la popularité personnelle de François Legault a très peu varié, avec un recul d'un point à 21%. Philippe Couillard et Françoise David font les mêmes scores qu'en décembre à titre de «meilleur premier ministre», respectivement 24 et 8%.

Libéraux réélus

Si des élections avaient eu lieu la semaine dernière, le PLQ de Philippe Couillard aurait récolté 37% d'appuis, deux points de plus qu'en décembre. Le PQ, sans chef, obtient 26%, un recul de 2 points par rapport à décembre. La CAQ passe de 27 à 22%, et Québec solidaire monte d'un cran, à 11%. La CAQ continue de dominer à Québec, avec 34%. Chez les francophones, le PQ est en tête avec 32%, contre 27% pour les libéraux et 25% pour la CAQ.

Intentions de vote avec Pierre Karl Péladeau comme chef du Parti québécois (après répartition)

37 %
PQ
33 %
PLQ
18 %
CAQ
9 %
QS
3 %
Autres partis

Méthodologie : Le sondage a été réalisé du 11 au 15 février 2015 auprès de 1000 répondants membres d'un panel web. Les résultats ont été pondérés sur la base de différents critères. Compte tenu du caractère non probabiliste de l'échantillon, le calcul de la marge d'erreur ne s'applique pas.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer