Péladeau écarte l'idée d'une élection référendaire

Pierre Karl Péladeau et Nicolas Marceau... (PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau et Nicolas Marceau

PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Après avoir laissé planer la possibilité d'une élection référendaire en matinée, Pierre Karl Péladeau a formellement exclu ce scénario, mercredi après-midi.

Le matin, l'aspirant-chef du Parti québécois n'a « pas nécessairement » exclu la possibilité de déclarer l'indépendance au terme d'une éventuelle victoire de son parti aux élections, ce qui aurait écarté la tenue d'un référendum.

Quelques heures plus tard, le porte-parole du député de Saint-Jérôme, Marc-André De Blois, a corrigé le tir. Il a précisé que cette option ne figure pas dans les cartons du candidat à la direction du PQ.

« M. Péladeau avait indiqué au Conseil national des présidents et des présidentes de Laval qu'un geste aussi important que la création d'un État souverain doit requérir la légitimité de la communauté internationale, et que son sentiment, c'est que 'ça passe par un référendum', avait-il dit », a indiqué M. De Blois dans une déclaration écrite.

La semaine dernière, M. Péladeau a publié une plateforme électorale sur la souveraineté dans laquelle on peut lire qu'il compte solliciter le mandat de « réaliser concrètement l'indépendance du Québec ».

Plusieurs y ont vu une ouverture à déclarer l'indépendance du Québec sans tenir un référendum. Le premier ministre Philippe Couillard y a vu une preuve de la « radicalisation » du parti souverainiste.

Questionné mercredi matin à savoir s'il écarte l'idée de tenir une élection référendaire, M. Péladeau a répondu « pas nécessairement ».

« Moi, ce que j'ai dit, c'est que durant les trois années et demie (d'ici aux prochaines élections), si j'ai le privilège d'être chef du PQ, nous allons travailler sur la souveraineté, nous allons la décliner, l'expliquer, l'analyser. »

Nouvel appui

Le député de Saint-Jérôme a reçu un appui important à sa candidature à la direction du PQ. L'ex-ministre des Finances, Nicolas Marceau, a confirmé qu'il rallie sa campagne.

M. Marceau devient du coup responsable de la plateforme économique de M. Péladeau. Il sera appelé à jouer un rôle important dans les travaux de « l'institut de recherche » que l'aspirant-chef compte mettre sur pied pour démontrer les « bienfaits et bénéfices » de l'indépendance.

Il entend notamment démontrer que le partage des pouvoirs prévus par la Constitution canadienne fait en sorte qu'un « déséquilibre fiscal » permanent favoriser le gouvernement fédéral au détriment des provinces.

M. Péladeau compte maintenant sur l'appui de sept députés du caucus péquiste, contre cinq pour Bernard Drainville et trois pour Alexandre Cloutier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer