Québec solidaire appelle à la mobilisation contre l'austérité

Manon Massé et Françoise David... (PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

Manon Massé et Françoise David

PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne

«Quand on commence l'hiver avec un bâillon, on a un peu envie de crier.»

Françoise David sent la colère qui gronde: son parti, Québec solidaire, se proclame «parti de la rue» et appelle les citoyens à manifester pour faire reculer le gouvernement Couillard sur ses politiques d'austérité.

Les trois élus de la formation de gauche se sont réunis en caucus, lundi, afin de préparer la rentrée parlementaire de mardi, avec pour «objectif central» de faire barrage au régime d'austérité imposé par les libéraux. QS ne digère toujours pas le bâillon imposé vendredi par les libéraux aux partis d'opposition à l'Assemblée nationale pour faire adopter à toute vapeur la loi abolissant les agences de santé, ce qui ajoute à la colère suscitée par les mesures visant l'atteinte de l'équilibre budgétaire en 2015-2016.

En point de presse en matinée avant le début du caucus, la cochef de Québec solidaire a lancé un cri de ralliement, puisque le petit contingent d'élus de sa formation ne suffira pas.

«Les trois députés de Québec solidaire ne pourront être les seuls à porter la voix des travailleuses du secteur public, des mères de famille qui ont besoin de services de garde, ou des personnes qui s'occupent des malades. On ne peut pas être tout seul. Il faut que partout dans les régions les gens nous disent: oui, c'est ce qu'on veut, on veut se mobiliser, on veut dire au gouvernement qu'il fait fausse route.»

Le parti a été fièrement de toutes les manifs l'automne dernier, a rappelé Françoise David. «C'est un parti de la rue, qui travaille avec les citoyens sur le terrain, à toutes les mobilisations.»

Il ne faudra pas s'arrêter là, selon elle, parce que d'autres mesures d'austérité vont «faire mal», et parce que c'est en accentuant la pression sur le gouvernement par des manifestations qu'il sera possible de faire des gains.

«Quand des citoyens se mobilisent, il y a des gouvernements, même majoritaires, qui reculent, a-t-elle fait valoir. On l'a vu avec M. Charest, par exemple.»

Elle se défend de vouloir troubler la paix sociale, mais du même souffle, elle ne peut se porter garante de cette paix sociale. Tout au plus elle a rappelé que son parti est pacifiste.

«Les mouvements sociaux ne nous ont pas attendus pour s'organiser. [...] Que je le veuille ou non, il y aura mobilisation sociale.»

Le bâillon «désastreux et honteux» imposé vendredi n'a fait qu'empirer la situation, a estimé Mme David. Elle dit avoir senti de la «colère». L'insatisfaction ira en s'accroissant dans la population, a-t-elle jugé.

Elle redoute d'ailleurs le même traitement-choc, un bâillon, pour le projet de loi 20 du ministre de la Santé, Gaétan Barrette, qui propose de pénaliser financièrement les médecins n'atteignant pas leurs quotas de rendement. «C'est un ministre ultrapressé, et nous ne doutons aucunement de sa volonté d'adopter le projet de loi 20 rapidement», a-t-elle dit en conférence de presse au terme de la réunion de QS, en après-midi.

La députée de Québec solidaire a un message pour le gouvernement: «Ne soyez pas arrogants. Ce n'est pas parce que vous êtes majoritaires que vous avez le droit de tout faire. [...] Un gouvernement qui commence à gouverner par bâillon, ce n'est plus un gouvernement démocratique. À un moment donné, la population va s'en rendre compte et va s'en rappeler la prochaine fois.»

Québec solidaire demandera la scission du projet de loi 20, pour que la partie qui touche le programme de procréation assistée soit traitée comme un projet de loi en soi, plutôt que fusionnée avec la partie qui porte sur la rémunération des médecins.

Le parti entend aussi revenir à la charge sur la révision de la fiscalité. Il attend impatiemment le rapport du spécialiste Luc Godbout commandé par le gouvernement pour examiner le système fiscal actuel. QS veut d'abord et avant tout proposer d'imposer dans une proportion supérieure aux 50 % actuels les gains de capital.

Selon Amir Khadir, 40 000 des 4 millions de contribuables qui font des rapports d'impôts au Québec gagnent plus de 250 000 $ par an, mais ils concentrent entre leurs mains à peu près 60 % des privilèges fiscaux accordés en matière de gains sur le capital et gains sur les dividendes.

«Ça, c'est incompréhensible, le citoyen ordinaire, la classe moyenne, qui paient des impôts sur la totalité de leurs revenus ne comprennent pas que 1 % des contribuables bénéficient de 60 $ des privilèges fiscaux qui se chiffrent en plusieurs milliards de dollars», a dénoncé M. Khadir.

Toujours en vue d'augmenter les revenus de l'État afin de mettre fin à l'austérité, QS veut mousser sa «mesure-phare» de l'hiver, pour reprendre les mots de François David, soit la mise en place de Pharma-Québec. Il s'agit d'un pôle québécois pour l'achat regroupé de médicaments sous ordonnance, doublé d'un véritable régime universel d'assurance-médicaments. Cette mesure pourrait faire économiser 1 milliard de dollars au trésor, a plaidé Mme David, qui rencontrera bientôt le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, et son collègue aux Finances, Carlos Leitao, afin d'en faire la promotion.

Enfin, la formation suggère de ne pas faire le versement de 1,6 milliard de dollars prévu au fonds des générations, pour ainsi mettre fin au problème d'équilibre budgétaire et réinvestir dans les services publics.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer