Projets d'infrastructures: plus cher avec la Caisse, dit Legault

François Legault... (PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE)

Agrandir

François Legault

PHOTO STÉPHANE LESSARD, ARCHIVES LE NOUVELLISTE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sorel-Tracy) Les projets d'infrastructures que Québec confiera à la Caisse de dépôt et placement vont coûter plus cher aux contribuables, estime le chef caquiste François Legault.

Annoncée à la mi-janvier, une entente commerciale conclue entre le gouvernement Couillard et la Caisse prévoit que cette dernière pourra prendre en charge de grands projets d'infrastructures publiques, notamment dans le domaine des transports en commun. Deux projets estimés à 5 milliards de dollars ont été ciblés à court terme: le système léger sur rail (SLR) sur le nouveau pont Champlain et le train de l'ouest de l'île, y compris la navette de l'aéroport Trudeau vers le centre-ville. Québec a décidé de faire appel à la Caisse pour limiter son endettement.

Cette entente, «c'est bon pour la Caisse, mais c'est mauvais pour le gouvernement, mauvais pour les citoyens», a soutenu François Legault hier, au terme d'une réunion de son caucus, qui préparait la rentrée parlementaire du 10 février. Il a fait valoir que le gouvernement du Québec peut financer ses projets d'infrastructures en faisant des emprunts sur les marchés à un taux avoisinant 3,5%. Or, la Caisse prendra en charge des projets en s'assurant un rendement de 10%. Et comme la construction sera confiée à des entrepreneurs, les consortiums voudront embarquer dans le train à condition d'avoir eux aussi une marge bénéficiaire alléchante. «On va devoir payer deux rendements au lieu d'un, a déploré François Legault. Ça va coûter plus cher aux contribuables.» Et il y a un «risque» selon lui que la Caisse cherche à obtenir un rendement optimal en exigeant des tarifs élevés aux usagers des futurs trains.

Avec cette entente, «le message qu'envoie Philippe Couillard, c'est qu'il a plus confiance dans la Caisse de dépôt pour bien gérer des projets d'infrastructures que dans son propre gouvernement. C'est un aveu d'échec de la part du gouvernement», a-t-il ajouté.

L'ex-député caquiste Christian Dubé, qui était le lieutenant économique de M. Legault, défend sur toutes les tribunes cette entente à titre de vice-président de la Caisse. Selon le chef caquiste, c'est compréhensible dans la mesure où «ça va être bon pour la Caisse, les projets seront relativement peu risqués et payants». «Mais c'est très mauvais pour le gouvernement», a-t-il insisté.

Est-ce que l'entente doit être jetée à la poubelle? Il attend de voir le projet de loi la concrétisant avant de répondre.

Par ailleurs, François Legault a réitéré que le gel salarial des employés de l'État voulu par Québec pour les deux prochaines années est une erreur. «Le gouvernement de M. Couillard prend une solution mur à mur en démotivant tous les employés. Ce n'est pas une bonne façon d'améliorer l'efficacité du gouvernement», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer