Tarif de garderie: Québec n'a pas évalué l'impact sur les femmes et l'emploi

En 2012, une étude de l'Université de Sherbrooke... (Photo Alain Roberge, Archives La Presse)

Agrandir

En 2012, une étude de l'Université de Sherbrooke révélait que le programme québécois de services de garde à contribution réduite avait permis à 70 000 mères d'intégrer le marché du travail, en une seule année, 2008.

Photo Alain Roberge, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le gouvernement Couillard n'a pas évalué l'impact de la hausse du tarif des garderies sur la place occupée par les femmes sur le marché du travail.

La ministre Francine Charbonneau.... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 1.0

Agrandir

La ministre Francine Charbonneau.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Constatant ce qu'il en coûtera de plus pour faire garder leur enfant, depuis l'annonce faite par le gouvernement jeudi, certaines femmes pourraient être tentées de laisser leur emploi et retourner à la maison.

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a avoué vendredi qu'elle ne s'était pas posé la question.

Elle a admis en point de presse qu'elle n'avait pas eu le «réflexe» de demander au Conseil du statut de la femme (CSF) d'analyser la décision gouvernementale sous cet angle et que c'était là une erreur.

À la suggestion de la leader péquiste Agnès Maltais, durant une interpellation en Chambre, la ministre a dit qu'elle corrigerait le tir et solliciterait l'avis de l'organisme consultatif à ce propos.

«J'aurais dû m'asseoir avec ces gens-là. Moi, je pense qu'elle (Mme Maltais) a tout à fait raison. J'aurais dû», a dit la ministre.

«Je n'ai pas eu le réflexe habituel» de mener une consultation plus large, a-t-elle ajouté, estimant avoir fait ses devoirs après avoir «fait le tour des partenaires» du ministère, soit les responsables des principaux regroupements de services de garde, au moment d'évaluer les divers scénarios de financement du réseau de garderies.

Mais rien n'indique qu'un avis du CSF confirmant un tel impact sur le taux d'emploi des femmes pourrait amener le gouvernement à revoir sa décision de hausser le tarif des garderies à 7,30$ et de le moduler en fonction du revenu familial, jusqu'à un maximum de 20$ par jour.

Selon Mme Maltais, une ancienne ministre de l'Emploi et de la Condition féminine, les changements tarifaires imposés par le gouvernement pourraient bien avoir un effet négatif sur le taux d'emploi des mères, marquant ainsi un recul en matière d'égalité entre hommes et femmes.

La proposition gouvernementale constitue «une attaque de plein front, à mon avis, aux familles québécoises, mais surtout aux femmes», estime la leader de l'opposition officielle.

Or, «la politique familiale québécoise a contribué à faire augmenter le nombre de mères occupant un emploi et contribuant à une meilleure équité homme femme, tout le monde le sait», a plaidé Agnès Maltais.

Le taux d'activité des femmes est passé de 63% à 75%, de 1997 à 2011, soit depuis la création du réseau de places à contribution réduite, a rappelé Mme Maltais, établissant un lien de cause à effet entre les deux.

En 2012, une étude de l'Université de Sherbrooke révélait que le programme québécois de services de garde à contribution réduite avait permis à 70 000 mères d'intégrer le marché du travail, en une seule année, 2008, un atout à la fois pour l'économie, par une augmentation du PIB, et le gouvernement, en termes de rentrées fiscales, selon les auteurs.

L'étude avait été réalisée par Pierre Fortin, Luc Godbout et Suzie St-Cerny, de la Chaire de recherche en fiscalité et de finances publiques de l'Université de Sherbrooke.

La porte-parole de la Coalition avenir Québec (CAQ), la députée de Repentigny, Lise Lavallée, a dit croire elle aussi que la hausse du tarif pourra avoir un effet négatif sur la vie professionnelle des mères.

«Des femmes ont été interviewées dans les médias et commencent à faire cette réflexion-là. Est-ce qu'on a aidé la cause? Non, je pense qu'on aurait dû prendre du recul, réfléchir, voir les failles dans le système», avant de prendre une décision et «piger dans les poches des contribuables», a commenté la députée en point de presse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer