La déléguée du Québec à New York rappelée

Dominique Poirier devra quitter ses fonctions à la... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dominique Poirier devra quitter ses fonctions à la tête de la Délégation générale du Québec à New York.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC

La purge libérale se poursuit dans les délégations du Québec à l'étranger, avec le départ de Dominique Poirier, qui doit quitter ses fonctions à la tête de la Délégation générale du Québec à New York.

Elle aura donc été en poste à New York moins d'un an, tout comme son prédécesseur, André Boisclair, qui avait assumé les mêmes fonctions pendant seulement 10 mois.

L'ancienne journaliste de Radio-Canada est rapatriée à Montréal. Elle avait été nommée par le gouvernement péquiste en décembre 2013.

Sa réaffectation a été rendue officielle mercredi, lors de la séance hebdomadaire du conseil des ministres.

Son départ forcé s'inscrit dans une série de changements survenus au cours des derniers mois dans le réseau de représentation du Québec à l'étranger, que ce soit à Londres, Boston ou Mexico, où le gouvernement a placé des gens plus proches des libéraux.

La stabilité n'est pas le point fort de la délégation générale du Québec à New York, qui accueillera son troisième chef de poste en deux ans.

Le successeur de Mme Poirier s'appelle Jean-Claude Lauzon, un chasseur de têtes, psychologue de formation âgé de 65 ans.

Son curriculum vitae indique qu'il est administrateur de sociétés. De 1980 à 2003, M. Lauzon a été associé chez Ernst & Young, avant d'occuper un poste de vice-président chez Korn Ferry International, jusqu'en 2013, où il devait recruter des cadres supérieurs et des membres de conseils d'administration. Son contrat est de trois ans, avec un salaire annuel de 175 000 $.

Il n'a aucune expérience connue en diplomatie.

Depuis l'élection des libéraux au printemps, le nom de Mme Poirier, qui occupe un des postes les plus prestigieux de la diplomatie québécoise, figurait sur la liste des personnes à déplacer.

Son point de chute sera la ville de Montréal, où elle sera aux commandes des relations internationales, tout en conservant son lien d'emploi avec le ministère des Relations internationales. Son contrat est de trois ans. Elle aura un statut de sous-ministre adjointe et conservera son salaire de 175 000 $ par an.

La réaffectation de Mme Poirier fait suite à d'autres nominations de nature politique dans le réseau diplomatique québécois.

À Londres, le gouvernement a remplacé Stéphane Paquet, lui aussi un ancien journaliste nommé par le gouvernement péquiste, par l'ancien ministre libéral Christos Sirros, en septembre.

À Boston, le gouvernement a nommé en mai dernier une libérale de longue date, Marie-Claude Francoeur, à la tête de la délégation. Elle a été notamment conseillère au cabinet de l'ex-premier ministre Jean Charest.

À Mexico, Québec a confié en septembre le poste de délégué général à l'ancien député libéral de Charlesbourg, Éric Mercier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer