Scrutin d'avril: les dépenses électorales loin du plafond fixé

Françoise David, François Legault, Pauline Marois et Philippe... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Françoise David, François Legault, Pauline Marois et Philippe Couillard.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Même si l'argent est souvent le nerf de la guerre en politique, les formations représentées à l'Assemblée nationale et leurs candidats n'ont pas engagé un maximum de fonds pour l'emporter lors du scrutin du 7 avril dernier.

Pour l'ensemble des partis et des aspirants députés, la limite des dépenses électorales avait été fixée à exactement 53 604 283 $.

Or, globalement, ils ont été bien loin d'atteindre ce plafond.

Selon un rapport rendu public mardi par la directrice générale des élections du Québec, Me Lucie Fiset, ils ont collectivement déclaré avoir investi 18 062 731 $, ce qui représentait environ le tiers de la somme qu'ils auraient pu utiliser pour gagner les faveurs des citoyens.

Le Parti québécois n'a, toutefois, pas contribué à alimenter cette tendance.

Cette formation a mis le paquet dans l'espoir de conserver le pouvoir en investissant 99,9 % du montant autorisé, ce qui équivalait à 3 925 856 $.

Sans grande surprise, Québec solidaire a mené sa lutte de manière nettement plus modeste en utilisant 1 705 840 $, ce qui correspondait à un peu plus de 43 % de la somme permise.

Quant au Parti libéral du Québec et à la Coalition Avenir Québec, ils se sont respectivement contentés de dépenser 3 203 361 $, c'est-à-dire environ 81 % du total légal et 3 328 876 $ ou près de 86 % du maximum permis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer