Couillard annonce des coupes de 3,7 milliards dès cette année

Philippe Couillard a affirmé que ces décisions ont été... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Philippe Couillard a affirmé que ces décisions ont été prises par le Conseil du trésor et entérinées lors du premier conseil des ministres de son gouvernement.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Philippe Couillard a fait tomber le couperet dès la première réunion de son conseil des ministres. Comme les finances publiques sont plus mal en point que prévu, des coupes de 3,7 milliards de dollars sont nécessaires dès cette année, a annoncé le premier ministre, jeudi. Il a présenté les premières compressions, de 490 millions, dont un gel d'embauche dans la fonction publique et une réduction des dépenses administratives.

Il garde « fermement le cap sur l'objectif » du retour à l'équilibre budgétaire en 2015-2016, mais il ne peut le garantir. Plus tôt dans la journée, son ministre des Finances, Carlos Leitao, laissait entendre que la promesse libérale est compromise en raison de l'état plus précaire des finances publiques. Pour atteindre l'objectif, « nous allons utiliser tous les moyens à notre disposition sauf l'augmentation du fardeau fiscal, sauf la réduction de services aux citoyens ». Il a précisé plus tard que certains services seulement seraient protégés : les services de santé, d'éducation et d'aide aux personnes vulnérables.

Lors d'une conférence de presse tenue en présence de tous ses ministres, M. Couillard a présenté les « premières décisions ». Il décrète un gel d'embauche dans la fonction publique et « suggère fortement » aux réseaux parapublics et aux sociétés d'État de faire de même - il évoque des mesures législatives pour l'imposer. Il souhaite ainsi faire des « gains de productivité » représentant 2% de la masse salariale des employés de l'État. Il demande également aux ministères, aux organismes publics et aux réseaux - comme ceux de la santé et de l'éducation - de réduire de 3% leurs dépenses administratives dites « de fonctionnement ». Les dépenses en matière de publicité et de voyages devraient être sabrées. Ces mesures permettraient de récupérer 490 millions de dollars en 2014-2015.

Mais plus « d'efforts budgétaires » - 3,21 milliards supplémentaires - sont requis, a dit M. Couillard, afin de garder l'objectif d'un déficit limité à 1,75 milliard en 2014-2105. La machine administrative a déjà identifié des coupes de 1,8 milliard de dollars pouvant être réalisées, mais celles-ci n'ont pas été « approuvées politiquement. Québec doit encore trouver 1,31 milliard.

Dès le lendemain de sa victoire le 7 avril, Philippe Couillard a demandé aux économistes Luc Godbout et Claude Montmarquette de faire un portrait des finances publiques. Leur rapport sera dévoilé vendredi. Mais ils ont constaté que le déficit prévu à 2,5 milliards par le gouvernement Marois pour 2013-2014, l'année financière qui vient de se terminer, est plus élevé. Il est « de plus de 3,1 milliards », a dit M. Couillard. Il y a eu une baisse des revenus de l'État - surtout au chapitre des impôts sur les sociétés - et une augmentation des dépenses.

Et pour l'année 2014-2015, le portrait est sombre selon M. Couillard. « Il y a eu effet d'emballement des dépenses de l'État dans les derniers mois », a-t-il noté. La simple reconduction des programmes existants représente une croissance des dépenses de l'État de 3%. Et si l'on tient compte de tous les engagements pris par le gouvernement Marois récemment, les dépenses bondiraient de 6,1%.

Le gouvernement Couillard entend ainsi revoir toutes les annonces faites par son prédécesseur péquiste. « On va tout réévaluer », a dit le premier ministre. Une révision des programmes sera également lancée.

Philippe Couillard a déjà demandé au Vérificateur général de faire un examen des finances publiques. Il souhaite le dépôt de son rapport avant le dépôt du budget Leitao, prévu au début du mois de juin.

Le premier ministre a annoncé des mesures pour favoriser la relance économique. Tel que promis en campagne électorale, un crédit d'impôt sur la rénovation domiciliaire sera créé et les budgets pour les travaux sylvicoles seront augmentés.

L'Assemblée nationale commencera ses travaux le 20 mai. Le projet de loi sur l'aide médicale à mourir sera déposé rapidement, et les travaux parlementaires reprendront au stade où ils étaient avant le déclenchement des élections.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer