Hausse de l'insatisfaction envers le gouvernement Marois

Les troupes de Pauline Marois voient leurs intentions... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Les troupes de Pauline Marois voient leurs intentions de vote descendre légèrement, de 34 à 32%.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Pauline Marois a fait le bon choix en décidant de ne pas lancer ses troupes en campagne électorale cet automne. Le dernier coup de sonde de CROP montre que son gouvernement n'était finalement pas en remontée dans l'opinion publique, en dépit de signaux parfois équivoques dans les enquêtes de l'automne.

«Il y avait une augmentation lente depuis le début de l'été, mais cette montée s'interrompt avec ce sondage», observe Youri Rivest, vice-président de CROP. «Mme Marois n'avait pas le momentum nécessaire pour soutenir une campagne.» Réalisée du 13 au 17 novembre derniers auprès de 1000 internautes, l'enquête de CROP montre que la satisfaction à l'endroit du gouvernement est en baisse pour la première fois depuis l'été.

On constate aussi que le Parti québécois (PQ) et le Parti libéral (PLQ) reculent légèrement, tandis que la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS) reprennent du poil de la bête. Pauline Marois cède par ailleurs du terrain à Philippe Couillard comme chef susceptible de faire le meilleur premier ministre.

L'appui à la Charte des valeurs québécoises, devenue la Charte de la laïcité, demeure stable, mais ne constitue pas le tremplin espéré par le gouvernement pour ouvrir la voie à une réélection.

Élan coupé

La proportion des Québécois qui se disent insatisfaits du gouvernement du Québec se situe maintenant à 63%. C'est une hausse de deux points par rapport aux résultats d'octobre et de septembre. Par contre, le record d'insatisfaction de juin dernier demeure la donnée la plus élevée, avec 68%. Les «très insatisfaits» forment 28% des répondants. Chez les 32% de «satisfaits», les «très satisfaits» pèsent bien moins lourd, avec 5% seulement. «Les gens étaient de plus en plus satisfaits, c'était pour le gouvernement une bonne lancée, mais encore là, l'élan est coupé. Deux points, ce n'est pas une catastrophe, mais ça a cessé de monter», observe M. Rivest.

Embellie pour les tiers partis

Sur le plan des intentions de vote, on constate dans ce sondage que les tiers partis ont profité du dernier mois, à la différence du PQ et du PLQ. Les troupes de Pauline Marois voient leurs intentions de vote descendre légèrement, de 34 à 32%. Pour le parti de Philippe Couillard, la descente est d'un point, de 38 à 37%. En revanche, au même moment, Québec solidaire obtient deux points de mieux qu'en octobre - avec 10% des intentions de vote, contre 8% le mois précédent. Même tendance à la CAQ, où les intentions de vote passent de 15% à 17%, après répartition proportionnelle des 11% d'indécis. «Parce que l'élection n'est pas pour demain, la polarisation diminue. Les gens font un choix moins stratégique, plus proche de leur opinion», explique le sondeur.

Couillard en hausse

Certains stratèges péquistes voyaient dans la remontée de la cote personnelle de Pauline Marois une puissante mesure incitative pour déclencher des élections. Elle a eu raison de ne pas les écouter. En novembre, 21% des Québécois voyaient en Mme Marois la chef la plus apte à être premier ministre - deux points de moins que le mois précédent. Philippe Couillard, qui avait l'air en panne en octobre, avec un recul de cinq points, en reprend quatre, passant de 22 à 26% d'appuis comme meilleur premier ministre. François Legault reste loin derrière avec 13%, le même score qu'en octobre. Il y a un mois, Mme Marois devançait Philippe Couillard d'un point; il dispose maintenant de cinq points d'avance.

Charte: un appui stable

Les péquistes croyaient que la popularité de la Charte de la laïcité donnerait des ailes au PQ à la veille d'une campagne électorale. Or, l'appui au projet de charte, après la publication du projet de loi, a marqué le pas. Il reste majoritaire - 48% des gens se disent favorables au projet, contre 50% en octobre. Les personnes défavorables forment désormais 39% des répondants, une diminution de deux points par rapport à octobre. «Le Jell-O est pris, on voit que la moitié des Québécois sont pour, 40% sont contre, et cela ne changera pas beaucoup, à moins que le débat ne dégénère. Dans le contexte actuel, tout a été dit», résume le sondeur.

Un gouvernement minoritaire

Des élections cette semaine auraient débouché sur un gouvernement certainement minoritaire, «probablement» libéral, estime Youri Rivest. Le PQ domine clairement chez les francophones - avec 39% d'appuis, contre 27% pour le PLQ - et en région, avec 37% contre 26% au PLQ. La CAQ obtient 19% chez les francophones.

Dans l'île de Montréal, le PLQ récolte 49% des intentions de vote, contre 30% pour le PQ. Dans la couronne, on recense 44% d'intentions de vote pour le PLQ, contre 27% pour le PQ. Dans la région de Québec, la partie est plus serrée: 36% des gens favorisent le PLQ et 32%, le PQ; la CAQ arrive troisième dans son habituel bastion, avec 25%.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer