Controverse: Maka Kotto a convoqué 22 conseillers à Montréal

La décision du ministre Kotto aura occasionné 153... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

La décision du ministre Kotto aura occasionné 153 nuitées à l'hôtel. Sans compter les billets d'avion, les repas et les frais de transport local. La visite aura coûté au bas mot plus de 64 000 $.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Partager

Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Le ministre Maka Kotto a convoqué à Montréal tous ses conseillers en poste à l'étranger, pendant une semaine aux frais des contribuables, a appris La Presse Canadienne, mardi.

La décision controversée du ministre de la Culture a été prise sans véritable justification et contre l'avis de ses hauts fonctionnaires, en pleine période de compressions.

Par souci d'économie, ces derniers avaient annulé à deux reprises - en 2011 et 2012 - ce projet de visite en sol québécois, planifié sous l'ancien gouvernement.

Mais malgré l'obligation de comprimer les dépenses gouvernementales, M. Kotto a accueilli à Montréal 22 conseillers culturels en poste dans les délégations du Québec à travers le monde, et ce, pour un séjour qui aura duré entre cinq et sept jours, à la mi-novembre.

Si la rencontre peut paraître difficile à justifier en période de compressions, elle l'est encore davantage sur le plan de son utilité, selon un des participants.

«Le rapport coût-bénéfice n'est pas loin d'être nul», a tranché en entrevue un des conseillers culturels du Québec en poste depuis quelques années dans une des grandes capitales du monde, et qui a requis l'anonymat.

Cette décision du ministre Kotto aura occasionné pas moins de 153 nuitées à l'hôtel. Sans compter les billets d'avion, les repas et les frais de transport local. La visite aura coûté au bas mot plus de 64 000 $.

Car en plus des 22 conseillers dépêchés à Montréal, une quinzaine de fonctionnaires en poste à Québec, au ministère de la Culture ou à celui des Relations internationales, ont également participé à la rencontre.

«Pourquoi maintenant, alors qu'on nous annonce des coupures partout», s'interroge le conseiller interviewé, en affirmant que plusieurs participants étaient «très surpris» de la décision du ministre.

Durant la semaine, le ministre Kotto et son collègue des Relations internationales, Jean-François Lisée, ont rencontré les conseillers une seule fois, le 12 novembre, pour prononcer un bref discours et partager un lunch.

À cette occasion, les ministres n'avaient aucun message particulier à passer aux conseillers: pas de réorientation de leur action, pas de nouvelle mission, pas de mandat particulier. Que du réchauffé et des banalités, assure le conseiller qui a accepté de rendre compte de sa semaine à Montréal.

En aucun temps, les ministres n'ont demandé aux conseillers quels problèmes ils rencontraient dans leur travail, ni cherché à partager une réflexion sur l'action du Québec menée à l'étranger et les pratiques privilégiées pour assurer le rayonnement des artistes québécois sur la scène internationale.

«Le degré de réflexion frisait le nul», aux yeux de ce conseiller expérimenté.

Au lieu de cela, les conseillers culturels étaient invités à bâtir des projets communs et à s'inspirer mutuellement de leurs expériences. Or «les projets communs entre délégations, ça n'a jamais marché et ça ne marchera jamais», selon lui.

Car comment comparer la promotion des artistes québécois faite à Shanghai ou Sao Paulo à celle qui se fait à Paris ou Londres, où le Québec est bien implanté depuis longtemps? On parle de réalités de marché, de volume d'activité et de contextes culturels qui se situent à des années-lumière les uns des autres.

Il en conclut que la rencontre ne valait certainement pas le déplacement. Une visioconférence, voire un simple communiqué, auraient largement suffi dans les circonstances, selon lui.

Invité à justifier sa décision, le ministre Kotto a refusé une demande d'entrevue.

Le reste de la semaine, les conseillers ont dû organiser leur temps au Québec à leur guise, soit pour échanger entre eux ou participer à la Conférence internationale des arts de la scène (CINARS), où étaient présents des diffuseurs et producteurs de spectacles susceptibles de connaître un rayonnement à l'étranger.

Certains provenaient d'Asie (Beijing, Shanghai, Tokyo et Séoul), d'autres d'Europe (deux de Berlin, deux autres de Londres, et deux de Paris, puis un de Bruxelles et un autre de Rome), sans compter ceux venus de tous les coins des Amériques (deux de New York, deux autres de Chicago, et ceux d'Atlanta, Boston, Los Angeles, Sao Paulo, Mexico et Toronto). Les autres fonctionnaires provenaient de Québec.

En début de soirée mardi, Nicole Ménard, porte-parole de l'opposition officielle en matière de culture et de communications, a déclaré que «le ministre de la Culture avait pris une décision absolument grotesque dans le contexte actuel de compression des dépenses».

«Alors que le PQ passe la hache dans les ministères, M. Kotto, quant à lui, n'hésite pas à faire venir à grands frais tous les délégués pour des réunions inutiles. Quel manque de jugement de la part du ministre, mais surtout du ministre des relations internationales, Jean-François Lisée, qui a approuvé la démarche de son collègue», a ajouté la députée libérale de Laporte.

Mme Ménard se demande également si le cabinet de Pauline Marois était au courant de tels projets et si elle a approuvé la démarche de ses ministres.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer