Khadir craint le favoritisme dans l'octroi du contrat à Quebecor

Amir Khadir a affirmé qu'il est inacceptable que... (Photo: Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Amir Khadir a affirmé qu'il est inacceptable que Régis Labeaume refuse de rendre les offres publiques reçues pour la gestion d'un amphithéâtre.

Photo: Jacques Boissinot, PC

Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Le député de Québec solidaire Amir Khadir craint que le conglomérat Quebecor ait été favorisé dans l'octroi d'un important contrat pour la gestion d'un futur amphithéâtre.

M. Khadir a affirmé vendredi qu'il sera impossible d'écarter cette hypothèse de favoritisme tant que le maire de Québec, Régis Labeaume, refusera de rendre publiques les offres concurrentes.

Jeudi, M. Labeaume n'a pas voulu lever le secret sur les offres qu'il a reçues, plaidant qu'il est lié par des engagements de confidentialité.

M. Khadir a affirmé vendredi qu'il était «inacceptable» que M. Labeaume refuse de divulguer ces informations, alors que 400 millions de dollars de fonds publics seront engagés dans la construction de l'édifice.

«Si ce contrat oblige M. Labeaume à nous cacher quelque chose, à ne pas, de manière transparente, nous dire ce qu'il a négocié, quelles étaient les offres, bien je m'excuse, M. Labeaume devrait être le premier à dire: «Je n'accepte pas cette condition-là, il s'agit de l'argent du public, je dois être transparent»», a-t-il dit lors d'un point de presse.

Le maire a aussi refusé de révéler quels seront les revenus encaissés par Quebecor grâce aux activités que l'entreprise pourra gérer dans l'édifice.

La députée péquiste Agnès Maltais a affirmé la semaine dernière qu'elle avait vu les offres finales, tandis que son collègue Stéphane Bédard a affirmé qu'elles étaient au nombre de deux.

Mme Maltais a déposé cette semaine un projet de loi pour mettre à l'abri des contestations judiciaires une entente de principe conclue par M. Labeaume avec Quebecor, qui s'est engagé à verser à la Ville entre 110 et 200 millions de dollars sur une période de 25 ans.

Bien qu'admettant une connaissance limitée du processus de mise en concurrence utilisé par M. Labeaume, Mme Maltais a affirmé que le maire a choisi la meilleure offre.

Des juristes du ministère des Affaires municipales sont d'avis que pour respecter la Loi sur les cités et villes, un appel d'offres aurait été nécessaire, ce que M. Labeaume considère comme une hérésie.

Selon M. Khadir, le maire de Québec doit faire preuve de transparence en rendant publiques les offres qu'il a reçues.

«Si on ne sait pas la teneur des autres, on ne saura jamais dire qu'il n'y a pas de favoritisme, puis on ne pourra pas dire le contraire non plus, a-t-il déclaré. Et c'est ça, le malheur, et c'est ça, le caractère inadmissible de ce projet de loi et de l'offre; en fait, le caractère inadmissible de ce que nous disent Mme Maltais, M. Labeaume: Croyez-nous sur parole.»

Lors d'un point de presse à l'hôtel de ville vendredi, M. Labeaume a refusé de commenter les propos de M. Khadir, affirmant qu'il en avait eu assez du dossier de l'amphithéâtre cette semaine.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer