Justin Trudeau traité en rock star sur la couverture du Rolling Stone

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugo de Granpré
Hugo de Grandpré
La Presse Canadienne
Ottawa

Le premier ministre Justin Trudeau continue d'être louangé à l'étranger, près de deux ans après l'élection de son gouvernement. Le Rolling Stone lui consacre sa page d'ouverture dans son dernier numéro, avec un article qui porte le titre «Justin Trudeau, l'étoile du Nord».

«Il a été élevé dans le privilège du jet set, mais il a surmonté la tragédie pour devenir le premier ministre du Canada. Est-il le meilleur espoir du monde libre?» demande le magazine de musique américain.  

Stephen Rodrick, l'auteur de l'article, a suivi M. Trudeau pendant quelques jours à Ottawa en juin, et il retrace son parcours, de fils de premier ministre qui a grandi sous l'oeil des projecteurs à premier ministre lui-même.

Il raconte par exemple comment il a eu l'aide de ses amis Gerald Butts (aujourd'hui son bras droit) et Marc Miller (aujourd'hui député montréalais) pour rédiger le discours prononcé aux funérailles de son père, qui avait tant alimenté les spéculations sur son avenir en politique.

Il revient sur la mort de son frère Michel, qui a dévasté son père, et sur le match de boxe avec le sénateur Patrick Brazeau. M. Trudeau reconnaît que l'affrontement «n'était pas un hasard» et que «je l'ai vu comme la bonne trame narrative, la bonne histoire à raconter».

L'article rempli de comparaisons entre le Canada de M. Trudeau et les États-Unis de Donald Trump, notamment sur l'accueil des réfugiés et la cohabitation entre des Canadiens de toutes les origines, se termine sur une note de nostalgie et d'envie à l'égard du pays dépeint comme plus tolérant et accueillant.

Mais le premier ministre canadien refuse de s'en prendre à son homologue américain, soulignant qu'il a appris de son père l'importance que jouent les liens personnels dans les relations internationales. «De toute évidence, je suis en désaccord [avec Trump] sur plusieurs choses», reconnaît M. Trudeau.

«Mais nous devons aussi avoir une relation de travail constructive, et, si j'allais l'insulter ou m'insurgeais contre tout ce qu'il dit [...] ce ne serait pas une relation constructive.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer