Andrew Scheer élu chef du Parti conservateur du Canada

Andrew Scheer a récolté 51 % des votes... (Photo Frank Gunn, La Presse canadienne)

Agrandir

Andrew Scheer a récolté 51 % des votes au 13e tour du scrutin.

Photo Frank Gunn, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
ETOBICOKE, Ont.

Le Saskatchewanais Andrew Scheer a causé la surprise samedi soir en remportant une victoire à l'arraché contre Maxime Bernier, se faisant élire à la tête du Parti conservateur du Canada avec 50,95 % des voix.

Maxime Bernier (à gauche) félicite son adversaire Andrew... (La Presse canadienne, Frank Gunn) - image 1.0

Agrandir

Maxime Bernier (à gauche) félicite son adversaire Andrew Scheer lors de son couronnement comme chef du Parti conservateur du Canada samedi soir à Etobicoke.

La Presse canadienne, Frank Gunn

Le choc et la stupeur se lisaient sur le visage du Beauceron dès qu'il est venu se rasseoir à sa place dans la grande salle du centre des congrès d'Etobicoke après avoir été informé du score final par les autorités du parti.

Après tout, il était arrivé en position de tête dans les 12 premiers tours de scrutin. Mais à la 13e et ultime ronde, son rival de l'Ouest l'a doublé et s'est enfui avec la victoire avec une très mince avance.

Les militants conservateurs ont donc opté pour la continuité en nommant à la barre de leur parti celui qui ne rechigne pas lorsqu'on le surnomme «Stephen Harper avec un sourire» et qui défend avec fierté le bilan de son prédécesseur.

Dans son discours de victoire, samedi soir, le père de cinq enfants âgé de 38 ans a insisté sur l'importance, pour le parti dont les rênes venaient de lui être confiées, de ressortir uni de cette longue course a la direction.

Il a aussi soutenu que le Québec avait une importance capitale dans le chemin vers une reconquête conservatrice à Ottawa aux prochaines élections, en 2019.

«Nos excellents résultats au Québec en 2015 sont un signe que nous pouvons faire encore mieux en 2019. Pour moi, il est essentiel que nous ayons des députés conservateurs à Montréal», a lancé M. Scheer.

«Contrairement à Justin Trudeau et les 39 autres députés libéraux, nous allons (nous) occuper du Québec», s'est-il ensuite exclamé.

L'ancien président de la Chambre avait abondamment sillonné les routes de la province au cours de la campagne, se posant en défenseur du régime de gestion de l'offre que Maxime Bernier voulait faire passer à la trappe.

Selon le coprésident de la campagne du député de Beauce au Québec, Jacques Gourde, c'est cette position qui a permis à Andrew Scheer de se sauver avec la victoire.

Car la course à la direction conservatrice, a-t-il soupiré en fin de soirée, samedi, s'était carrément transformée en «référendum sur la gestion de l'offre».

Lorsqu'on lui a demandé, lors d'un point de presse post-victoire, si le poids du vote des producteurs agricoles avait fait pencher la balance en sa faveur, le nouveau chef a acquiescé.

Mais il a soutenu que la mobilisation en faveur du maintien du système dépassait les frontières québécoises, et qu'elle était aussi présente «en Colombie-Britannique, dans des régions de l'Ontario, de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick».

En succédant à Stephen Harper, qui brillait par son absence au congrès, Andrew Scheer est devenu le deuxième chef du Parti conservateur du Canada (PCC) issu de la fusion entre le Parti progressiste-conservateur et de l'Alliance canadienne.

Le mode de scrutin préférentiel a profité au camp du député de la Saskatchewan, qui a fait le plein des deuxièmes choix qui lui étaient attribués au fur et à mesure que ses adversaires se retrouvaient hors-jeu.

Les votes des militants de l'aile conservatrice sociale ont probablement contribué à la victoire de M. Scheer, qui avait obtenu l'appui des députés antiavortement du caucus conservateur.

Il avait promis que s'il était élu chef, il ne permettrait pas aux députés d'arrière-ban de rouvrir le débat sur l'avortement.

Cela ne l'avait cependant pas empêché de déléguer à la manifestation annuelle antiavortement, sur la colline parlementaire à Ottawa, des députés qui l'appuient afin qu'ils le présentent comme «un des trois candidats pro-vie».

Le nouveau dirigeant conservateur n'a pas voulu s'étendre sur les implications que pourrait avoir l'appui de la droite sociale sur son action comme chef ni dire s'il se sentait redevable, demeurant concentré sur son message d'unité.

«Chaque sorte de conservateur joue un rôle très important dans notre parti. Ce n'est pas seulement un groupe de conservateurs qui a décidé (de l'issue) de cette course», s'est-il contenté d'offrir en point de presse en fin de soirée, samedi.

Les autres candidats qui ont participé à ce marathon électoral de plusieurs mois ont salué la victoire d'Andrew Scheer et signalé leur intention de lui offrir son appui dans ses nouvelles fonctions.

Maxime Bernier est du lot.

«Nous avons un bon leader, et je pense que nous avons la bonne personne pour battre Justin Trudeau en 2019. Je veux le féliciter. Je suis prêt à travailler avec lui», a-t-il dit en descendant de la scène où son rival venait de prononcer son discours de victoire.

Mais visiblement, il lui faudra encaisser le choc.

Le député québécois, qui avait été parmi les premiers à sauter dans l'arène, a assuré qu'il allait «bien dormir ce soir» parce qu'il avait défendu les idées lui étant chères.

Il a cependant eu peine à retenir ses larmes lorsqu'on lui a demandé si cette défaite par une marge d'un point - survenue de surcroît après qu'il eut trôné en première place pendant 12 tours - était crève-coeur.

«C'est...», a-t-il murmuré avant de tourner les talons et de se diriger vers la sortie de la salle.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer