Ottawa sort son chéquier pour la Saint-Jean

Dans la métropole, les festivités incluront comme d'habitude... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Dans la métropole, les festivités incluront comme d'habitude un grand concert à la place des Festivals le vendredi 23 juin, et un défilé dans les rues du centre-ville le lendemain. La programmation complète sera annoncée lundi prochain.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ottawa financera pour la première fois les festivités de la Saint-Jean-Baptiste à Montréal. Après avoir refusé plusieurs demandes dans le passé, le gouvernement fédéral annoncera vendredi une subvention de 100 000 $ « sans aucune condition rattachée », tandis qu'une série d'autres fêtes recevront aussi des fonds ailleurs au Québec.

« On a estimé que les fêtes nationales du Québec étaient admissibles au financement et elles y ont droit pour la toute première fois », a résumé à La Presse une source au cabinet de la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

Sans commenter les refus des gouvernements précédents, cette source fait valoir que les demandes de subventions ont été analysées « de façon assez bureaucratique » cette année, et qu'elles « rentraient dans les critères ». Outre la grand-messe de Montréal, Ottawa financera notamment une fête organisée par Impératif français à Aylmer (10 000 $).

FÊTE APOLITIQUE ?

Au cabinet de la ministre Joly, on ne voit aucun problème à injecter des fonds dans une fête encore largement associée au mouvement souverainiste québécois. « Je pense que dans les dernières années, le comité qui s'occupe de l'organisation a fait des efforts pour que ce soit le plus apolitique possible. C'est la fête de tous les Québécois. »

Même son de cloche au Comité de la fête nationale du Québec à Montréal. Louise Harel, première vice-présidente du conseil d'administration, fait valoir que la subvention fédérale vise d'abord et avant tout à souligner la « francophonie » à Montréal et dans d'autres grandes villes canadiennes à l'occasion de la Saint-Jean.

«C'est une fête que l'on veut offerte aux Québécois, quelle que soit leur appartenance politique, c'est une fête qui s'adresse aux Québécois de toutes origines. Je ne vois pas quel serait le problème.» - Louise Harel

L'ancienne ministre du Parti québécois ajoute que le comité organisateur montréalais a perdu depuis deux ans d'importantes commandites auparavant accordées par des sociétés d'État, dont Loto-Québec. Des retraits qu'elle qualifie de « très, très décevants ».

DÉBATS RÉCURRENTS

Le statut que devrait avoir - ou pas - la fête de la Saint-Jean-Baptiste continue de soulever des débats à intervalles réguliers au Québec. En 2015, la Coalition avenir Québec avait demandé que l'organisation des festivités soit revue pour devenir apolitique, dénonçant du même coup les « montées de lait annuelles du mouvement souverainiste ».

Cette sortie avait été vivement condamnée par Pierre Karl Péladeau, qui était à l'époque chef du Parti québécois. L'actuel président de Québecor avait du même coup déploré la baisse du financement accordé au Mouvement national des Québécois, qui organise les grandes célébrations de la Saint-Jean à Québec et ailleurs en province, mais pas à Montréal.

Dans la métropole, les festivités incluront comme d'habitude un grand concert à la place des Festivals le vendredi 23 juin, et un défilé dans les rues du centre-ville le lendemain. La programmation complète sera annoncée lundi prochain.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer