Rencontre Trump-Trudeau: la frontière à l'ordre du jour

Le contrôle des nouveaux arrivants et le décret... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Le contrôle des nouveaux arrivants et le décret sur l'immigration de Donald Trump ont fait régner la confusion au nord du 49e parallèle et de la frontière américano-canadienne.

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Bronskill
La Presse Canadienne
Ottawa

À l'occasion de la visite du premier ministre Justin Trudeau à Washington, lundi, Ottawa espère consolider l'ouverture de la frontière canado-américaine au commerce et aux voyageurs.

Depuis plusieurs années, le Canada et les États-Unis s'efforcent d'augmenter la sécurité à leur frontière commune tout en maintenant la fluidité de la circulation entre les deux pays.

À sa première année en fonction, Justin Trudeau avait repris le flambeau de Stephen Harper dans la mise en branle des programmes prévus par l'entente «Par-delà la frontière», conclue en 2011 avec la Maison-Blanche.

Or, l'accent mis sur la sécurité intérieure par le nouveau président américain a pris le Canada par surprise. Son contrôle «extrême» des nouveaux arrivants et son décret sur l'immigration ont fait régner la confusion au nord du 49e parallèle, en plus de mener à la révocation des cartes Nexus de quelque 200 résidants permanents canadiens. Ces cartes ont depuis été rétablies.

Lundi, Ottawa cherchera sans doute à obtenir de la Maison-Blanche une réitération de sa volonté à travailler de concert pour éviter de tels accrocs, de même que maintenir leurs projets communs sur les rails.

Justin Trudeau a soutenu vendredi qu'il s'entretiendrait avec son homologue à propos des «millions de bons emplois de part et d'autre de la frontière qui dépendent de la circulation fluide de biens et services».

En mars dernier, Ottawa et Washington avaient annoncé l'expansion du précontrôle douanier afin de faciliter les déplacements de voyageurs jugés à faible risque. La rencontre de lundi sera aussi l'occasion pour Ottawa de confirmer que ce projet tient toujours.

Les voyageurs qui s'envolent actuellement à destination des États-Unis à partir de huit aéroports canadiens peuvent être préalablement dédouanés par des agents frontaliers américains. Cette initiative serait étendue aux aéroports Billy Bishop de Toronto et Jean-Lesage de Québec, de même qu'aux gares de Montréal et de Vancouver.

La ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, dit avoir insisté sur l'importance de faciliter les échanges commerciaux lors de sa récente visite à Washington. Elle dit s'être concentrée sur l'«amincissement» de la frontière, notamment par l'élargissement des initiatives pré-dédouanement.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer