Justin Trudeau assure qu'il ne possède aucun compte à l'étranger

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES PC)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Terry Pedwell
La Presse Canadienne
SUDBURY, Ontario

Justin Trudeau insiste: on ne trouvera pas son nom dans les fameux Panama Papers, qui ont fait scandale à l'échelle internationale en exposant au grand jour de nombreux cas d'évitement fiscal.

Le premier ministre, qui se trouvait à Sudbury, en Ontario, jeudi soir, a assuré qu'il avait été entièrement transparent avec les Canadiens relativement à ses investissements.

M. Trudeau a été sans équivoque lorsqu'on lui a directement demandé si sa famille ou lui possédaient de l'argent ou des investissements dans des comptes à l'étranger. Il n'en a pas, a-t-il répondu.

Justin Trudeau a ajouté que les Panama Papers avaient mis en lumière les inquiétudes de plusieurs gens à travers le monde en ce qui a trait aux leaders politiques et autres gros noms du monde des affaires qui utilisent des comptes à l'étranger et des paradis fiscaux pour éviter de payer de l'impôt dans leur pays.

Il a aussi souligné les mesures incluses dans le premier plan fiscal de son gouvernement. Des preuves, selon lui, qu'il est déterminé à démasquer ceux qui tentent d'éviter de payer leur part d'impôt.

La ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, fera par ailleurs une annonce, lundi, concernant de nouvelles initiatives pour combattre l'évitement fiscal et la fraude fiscale à l'étranger.

« Dans le budget, avant même la publication des Panama Papers, nous avions alloué 440 millions de dollars à l'Agence du revenu du Canada pour nous assurer qu'elle avait les moyens de s'attaquer à l'évitement fiscal », a-t-il déclaré.

Les Canadiens s'attendent de leurs dirigeants qu'ils démontrent qu'ils sont dignes de confiance, et les leaders doivent faire suffisamment confiance aux Canadiens pour révéler les détails de leurs actifs, a-t-il ajouté, sans mentionner directement quiconque pouvant être impliqué dans le scandale.

Une importante fuite de plus de 11 millions de documents du cabinet d'avocat panaméen Mossack Fonseca - l'un des plus grands créateurs de coquilles vides au monde - a éclaboussé certains leaders politiques à travers le monde.

Cette fuite sans précédent a par ailleurs mis sur la défensive l'un des plus grands prêteurs du Canada, la Banque Royale, en raison de ses liens avec le cabinet.

Des médias ont lié des centaines de riches Canadiens à la controverse.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer