Investissements pour les Autochtones: «Mey wee ga gait tin. - Il était temps»

Perry Bellegarde... (Photo Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne)

Agrandir

Perry Bellegarde

Photo Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) «Mey wee ga gait tin. - Il était temps», s'est exclamé mercredi le Chef national de l'Assemblée des Premières nations, Perry Bellegarde, 24 heures après que le gouvernement libéral de Justin Trudeau eut déposé le premier budget de son mandat qui prévoit des investissements «historiques» de 8,4 milliards de dollars sur cinq ans dans les communautés autochtones à travers le pays.

Cette somme servira à améliorer les services d'éducation pour les peuples autochtones, à investir dans des logements salubres et aussi à offrir des services d'eau potable dans les réserves, entre autres choses. «C'est un budget historique qui va changer la donne», a soutenu M. Bellegarde, manifestement satisfait du plan budgétaire du ministre des Finances Bill Morneau.

Soulignant les «décennies de sous-financement» et les services inadéquats offerts aux peuples autochtones, M. Bellegarde a fait valoir que les investissements permettront d'extirper les Premières nations de la pauvreté.

«Les Premières nations du pays ont travaillé sans relâche pendant des années afin de mettre en oeuvre un plan permettant de combler l'écart qui existe entre la qualité de vie dont nos peuples jouissent et la qualité de vie dont jouissent les autres Canadiens. Le budget déposé hier par le gouvernement démontre qu'il est à l'écoute et qu'il comprend qu'un investissement dans les Premières nations est un investissement dans le Canada», a déclaré d'emblée M. Bellegarde

Il a rappelé que le Canada arrive au sixième rang de l'index de qualité de vie telle que mesurée par les Nations unies, mais que le Canada arrive au 63e rang quand on applique la même formule aux Premières nations seulement.

«Cet écart représente tout ce dont nous parlons depuis des années: le plus haut taux de suicide parmi les jeunes autochtones, les 1200 femmes et filles autochtones assassinées ou disparues, et les avis d'ébullition d'eau dans 132 réserves. Cet écart représente aussi les maisons surpeuplées et insalubres, le financement discriminatoire pour l'éducation des enfants autochtones sur les réserves de même que les services sociaux. Cet écart représente aussi le nombre disproportionné de nos gens qui se trouvent en prison. Cet écart est imposant», a affirmé le chef national.

M. Bellegarde a affirmé qu'à long terme, les investissements importants que propose le gouvernement Trudeau permettront d'ajouter des milliards de dollars de croissance à l'économie tout en épargnant des milliards de dollars en coûts sociaux.

«Selon le Centre des études sur les niveaux de vie, si le Canada avait fait de tels investissements en 2010, nous aurions pu ajouter 400 milliards de dollars au produit intérieur brut d'ici 2025 et retrancher 125 milliards qui auraient pu être économisés en coûts sociaux. Il s'agit d'un budget qui est bon pour l'ensemble du Canada», a-t-il affirmé.

Ces investissements ne régleront pas tous les problèmes auxquels sont confrontés les peuples autochtones en une année, mais ils permettront d'améliorer éventuellement leurs conditions de vie qui sont dignes d'un pays du tiers monde, a ajouté M. Bellegarde.

Au cours des cinq prochaines années, le gouvernement Trudeau prévoit investir près de deux milliards de dollars pour assurer un approvisionnement en eau potable à quelque 132 réserves, soit près de 20 % des quelque 640 réserves au pays.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer