Une recrue libérale vise la présidence de la Chambre des communes

Robert-Falcon Ouellette... (Tirée de Facebook)

Agrandir

Robert-Falcon Ouellette

Tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Steve Lambert
La Presse Canadienne
Winnipeg

Un nouvel élu libéral a déclaré qu'il serait en meilleure posture pour influencer le premier ministre Justin Trudeau s'il était élu président de la Chambre des communes.

Robert-Falcon Ouellette a fait cette déclaration dans sa circonscription de Winnipeg Centre, samedi, en tentant d'expliquer à ses électeurs pourquoi il convoite ce prestigieux poste.

Même s'il est un nouveau venu en politique, M. Ouellette, âgé de 38 ans, parle ouvertement de son désir de devenir président de la Chambre des communes.

L'élection du président de la Chambre sera le premier sujet à l'ordre du jour lors de l'ouverture de la session parlementaire, jeudi.

Plusieurs députés d'expérience, dont Geoff Regan, Denis Paradis, Yasmin Ratansi, Mauril Bélanger et Scott Simms souhaiteraient également présider les débats de la Chambre des communes.

Une vidéo du discours de M. Ouellette a été publiée en ligne par un journaliste, samedi.

«J'ai parlé à d'autres présidents qui ont occupé ce poste avant», explique-t-il.

«Ils ont dit que c'est un poste qui détient une grande influence parce que si j'ai un enjeu dans ma circonscription pour lequel j'ai besoin de fonds ou que j'ai besoin que quelque chose se passe... Je pourrais appeler le premier ministre à mon siège», poursuit M. Ouellette.

«C'est ce que d'autres présidents m'ont dit et peut-être ce à quoi les gens ne pensent pas, mais vous pouvez vraiment user de cette influence que vous avez dans la Chambre, parce que vous contrôlez les débats et que le premier ministre veut vous garder heureux.»

Dans une entrevue réalisée après son discours, le député a spécifié qu'il souhaitait seulement démontrer comment les présidents, qui n'assistent pas aux caucus et qui ne participent pas à la période des questions, peuvent faire entendre les préoccupations de leurs électeurs.

«Ce que j'essayais de dire est... que nous devons permettre au président de défendre ses électeurs», a-t-il tempéré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer