Trudeau veut réformer le système démocratique

Justin Trudeau... (PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Justin Trudeau

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) En chute dans les sondages, le Parti libéral du Canada (PLC) a présenté mardi plus de 30 promesses électorales pour réformer le système démocratique canadien et rendre le gouvernement fédéral plus ouvert et transparent.

S'il prend le pouvoir en octobre, le parti de Justin Trudeau s'engage à ce que les élections de 2015 soient les dernières à être menées selon le système actuel et que des possibilités de changements tels que le vote préférentiel, obligatoire ou en ligne soit étudiées. Les libéraux s'engagent à présenter un projet de loi en ce sens dans les 18 mois après avoir formé le gouvernement.

Les autres promesses incluent la création d'un système de consultation plus formel des provinces et des barreaux afin de nommer un juge de la Cour suprême, de même qu'exiger que ces juges soient bilingues. Le gouvernement Harper a toujours rejeté ce critère.

Un gouvernement libéral assouplirait aussi le régime d'accès aux informations du gouvernement ; il réformerait la période de questions en admettant des questions du public et en créant une période de questions du premier ministre ; il forcerait l'Agence du revenu du Canada à aviser les contribuables de manière proactive s'ils n'ont pas réclamé un avantage fiscal auquel ils ont droit ; il rétablirait la formule longue du recensement ; et il s'assurerait que le conseil des ministres soit formé de femmes et d'hommes à parts égales.

« La démocratie n'existe pas pour faire bien paraître les leaders. Elle existe pour faire le bien pour les gens. La démocratie ne nous sert pas. Nous la servons. Harper l'a oublié », a lancé le chef libéral Justin Trudeau, se tenant debout devant une foule de ses candidats aux prochaines élections.

C'est la deuxième série de promesses électorales présentées par les libéraux fédéraux en deux mois, soit depuis qu'ils ont commencé à chuter dans les intentions de vote au Québec et dans le reste du Canada. Ils s'étaient fait critiquer au cours des dernières années pour avoir refusé de dévoiler leurs positions en vue des prochaines élections. En mai, le PLC a promis de baisser les impôts pour la classe moyenne en augmentant ceux des Canadiens qui gagnent plus de 200 000 dollars par année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer