Le NPD défend le vérificateur général

Michael Ferguson a défendu les dépenses encourues par son... (Photo: Reuters)

Agrandir

Michael Ferguson a défendu les dépenses encourues par son bureau, affirmant que les réunions d'équipe qui sont organisées visent à souder les employés entre eux et à augmenter leur attachement au bureau du vérificateur général.

Photo: Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le NPD s'est porté à la défense du travail du vérificateur général du Canada, Michael Ferguson, mardi, se disant convaincu que les conservateurs ou les libéraux tentent de le faire trébucher alors qu'il s'apprête à déposer un rapport accablant sur les dépenses des sénateurs.

M. Ferguson a été contraint de défendre certaines dépenses occasionnées par son bureau au cours des quatre dernières années, notamment les quelque 23 000 $ milliers de dollars pour organiser des rencontres d'équipe dans des endroits tels que Funhaven, un centre de divertissement pour enfants, une salle de quilles (Merivale Bowling), un club de curling (Rideau Curling Club) ou encore un site récréo-touristique (Parc Laflèche).

Pour le député néo-démocrate Alexandre Boulerice, tout employé de l'appareil de l'État a le devoir de bien gérer les fonds publics. Mais il s'interroge sur le moment choisi pour faire état de ces dépenses alors que M. Ferguson doit déposer sont rapport sur les dépenses des sénateurs la semaine prochaine. La Presse et  le réseau CTV ont fait état des dépenses du bureau du vérificateur général lundi soir et mardi.

«Au NPD, on est fortement convaincu que dans tous les services publics, les dépenses doivent être raisonnables, responsables et surtout vérifiables. Mais là où on est un peu troublés, c'est le moment où ces informations sont soudainement rendues publiques, à la veille d'un rapport qui pourrait être accablant pour les sénateurs conservateurs et libéraux. À qui profite le crime? On se pose cette question au NPD», a affirmé M. Boulerice dans une entrevue accordée à La Presse.

«On sent qu'il y a des gens qui ont probablement tout intérêt à détourner l'attention. Car le rapport du vérificateur général risque d'être un tremblement de terre politique à la fois pour les conservateurs et les libéraux», a-t-il ajouté.

Selon M. Boulerice, le rapport pourrait donner de nouvelles munitions à ceux qui réclament l'abolition du Sénat.

M. Ferguson a défendu les dépenses encourues par son bureau, affirmant que les réunions d'équipe qui sont organisées visent à souder les employés entre eux et à augmenter leur attachement au bureau du vérificateur général. Il a soutenu que ces dépenses sont raisonnables puisqu'elles s'élèvent en moyenne à 50 $ par employé par année.

«La moitié de la journée est du travail, et l'autre moitié vise à souder les équipes. Nous sommes prudents dans le choix des endroits afin de nous assurer d'obtenir un bon prix. Il se trouve que les sites retenus offraient des locaux suffisamment grands et à bon prix pour organiser ces événements», a-t-il déclaré.

M. Ferguson a passé une partie de la journée mardi à expliquer les dépenses de son bureau en accordant des entrevues télévisées.

Au réseau CBC, il a par ailleurs indiqué que son rapport qui doit être déposé jeudi de la semaine prochaine pourrait éclabousser une trentaine de sénateurs en tout. Il a aussi précisé que le dossier des dépenses d'une dizaine de sénateurs pourrait être remis à la GRC, comme l'avaient rapporté certains médias la semaine dernière.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer