L'appui au NPD bondit au Québec

Quand on demande aux Québécois lequel parmi les... (PHOTO LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Quand on demande aux Québécois lequel parmi les chefs ferait le meilleur premier ministre du Canada, pas moins de 37 % d'entre eux jettent leur dévolu sur le chef du NPD, Thomas Mulcair.

PHOTO LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) La victoire retentissante du NPD aux élections provinciales en Alberta il y a deux semaines a des effets sur la scène fédérale jusqu'au Québec: les appuis au NPD de Thomas Mulcair dans la Belle Province ont bondi de 11 points de pourcentage en un mois, révèle un sondage réalisé par la firme CROP pour le compte de La Presse. À cinq mois des prochaines élections fédérales, la table est mise pour une deuxième vague orange au Québec.

Le NPD en tête

Le NPD fait le plein des appuis au Québec. Si des élections fédérales avaient lieu aujourd'hui, les troupes de Thomas Mulcair obtiendraient 42% des voix, loin devant le Parti libéral du Canada, bon deuxième avec 25%. Le Parti conservateur récolterait pour sa part 15% et le Bloc québécois, 13% seulement. Pour le NPD, il s'agit d'un bond spectaculaire de 11 points de pourcentage en un mois. Il grappille des appuis à tous ses adversaires. Le Parti libéral encaisse d'ailleurs un recul de 4 points en un mois, tout comme le Parti conservateur, tandis que le Bloc québécois voit ses appuis chuter de 5 points.

Premier chez les francophones

Près d'un électeur francophone sur deux au Québec (47%) donne son appui au NPD, un score qui permettrait aisément aux troupes de Thomas Mulcair de reproduire la vague orange du 2 mai 2011 sous la houlette de Jack Layton. Au dernier scrutin, le NPD a remporté 59 des 75 sièges que compte le Québec à la Chambre des communes. Le Parti libéral, lui, voit ses appuis s'effondrer chez les francophones, à 20% seulement. Le Bloc québécois et le Parti conservateur sont à égalité (15%) chez les électeurs francophones, qui déterminent le vainqueur dans la majorité des circonscriptions. Au prochain scrutin, le Québec comptera 78 sièges en tout.

Premier même dans la région de Québec

Selon ce dernier coup de sonde de CROP, le NPD a même réussi à déloger le Parti conservateur dans la région de Québec. Le mois dernier, les troupes de Stephen Harper obtenaient 42% des appuis dans la région de la capitale, alors que le NPD arrivait deuxième avec 24%. En mai, les deux partis ont échangé la position de tête: le NPD voit ses appuis bondir à 39%, 5 points de pourcentage de plus que le Parti conservateur (34%). Le Parti libéral est loin derrière avec 18%, alors que le Bloc québécois récolte un maigre 6% d'appuis.

Mulcair meilleur premier ministre du Canada

Quand on demande aux Québécois lequel parmi les chefs ferait le meilleur premier ministre du Canada, pas moins de 37% d'entre eux jettent leur dévolu sur le chef du NPD, Thomas Mulcair. À cet égard, M. Mulcair éclipse tous ses adversaires. Justin Trudeau n'est le choix que de 16% des répondants, alors que Stephen Harper, qui occupe les fonctions de premier ministre depuis 2006, est troisième avec 14%. Dans le cas de Justin Trudeau, son étoile a beaucoup perdu de son lustre depuis qu'il est devenu chef du Parti libéral. En août 2014, par exemple, 29% des Québécois croyaient qu'il était le meilleur leader pour diriger le pays.

Trudeau tire son parti vers le bas

Si Justin Trudeau a réussi à redonner du tonus à son parti depuis son élection comme chef, cet atout semble être disparu au Québec. Car le score qu'il récolte dans la catégorie de meilleur leader pour occuper le poste de premier ministre (16%) est nettement inférieur aux appuis que récolte son parti dans l'ensemble de la province (25%). C'est la première fois que le chef libéral obtient un score sous la barre des 20% depuis deux ans. «Il y a vraiment une tendance à la baisse pour les libéraux. Les votes chez les francophones sont très faibles. À 20%, les libéraux ne ramassent pas grand-chose. C'est vraiment en bas de la zone payante», estime le vice-président de CROP, Youri Rivest.

Une deuxième vague orange au Québec?

Selon Youri Rivest, le NPD enregistre un bond «spectaculaire» au bon moment. «Cela arrive sans qu'aucun événement au Québec n'alimente cela. C'est vraiment ce qui est surprenant. C'est sûr que la victoire en Alberta a contribué à dynamiser la marque du NPD. [...] Quand un parti démontre qu'il peut gagner, qu'il peut rallier, ça donne des images fortes et les électeurs réagissent. Depuis un an, il n'y avait pas de direction dans les sondages. Mais il semble que le vent ait tourné clairement en faveur du NPD. Et cela arrive au bon moment, car souvent le succès entraîne le succès.»

L'économie, l'enjeu le plus important

Quel devrait être l'enjeu dominant des prochaines élections fédérales prévues le 19 octobre? L'économie et la création d'emplois, estime une forte proportion des Québécois (29%). La santé arrive au deuxième rang des enjeux prioritaires (17%), tandis que les taxes et les impôts sont évoqués par 11% des répondants. Viennent ensuite les dossiers des finances publiques (10%) et de l'environnement (7%). Fait intéressant, seulement 2% des Québécois estiment que le principal enjeu du prochain scrutin devrait être la sécurité publique.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer