Pollution: Harper voit l'Alberta comme un modèle pour le continent

M. Harper a tenu à dire que le... (Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne)

Agrandir

M. Harper a tenu à dire que le Canada ne pouvait pas imposer une nouvelle réglementation à son secteur gazier et pétrolier sans que les États-Unis ne fassent de même.

Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le premier ministre Stephen Harper affirme que l'approche albertaine sur les émissions de gaz à effet de serre pourrait servir de modèle pour toute l'Amérique du Nord.

Dans une entrevue de fin d'année à CBC News, diffusée mercredi, M. Harper a tenu à dire que le Canada ne pouvait pas imposer une nouvelle réglementation à son secteur gazier et pétrolier sans que les États-Unis ne fassent de même.

Mais il a ajouté qu'il appelait activement les États-Unis et le Mexique à travailler avec le Canada pour couper les émissions de gaz à effet de serre «sur une base continentale», et que le modèle albertain pourrait satisfaire les trois pays.

En Alberta, les plus grands émetteurs doivent réduire l'intensité de leurs émissions - plutôt que de les couper en chiffres absolus. S'ils ne peuvent y parvenir en améliorant leur rendement industriel, ils peuvent acheter des crédits d'émissions ou contribuer à un fonds technologique - de l'ordre de 15 $ par tonne de GES. Ce fonds effectue des investissements dans le secteur privé visant à développer des technologies de réduction des émissions polluantes.

La semaine dernière, M. Harper en a fait sourciller plusieurs en affirmant que toute tentative par le Canada de procéder seul à réglementer ses émissions de gaz à effet de serre dans le secteur pétrolier et gazier représenterait une «politique économique insensée».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer