Pollution: Harper voit l'Alberta comme un modèle pour le continent

M. Harper a tenu à dire que le... (Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne)

Agrandir

M. Harper a tenu à dire que le Canada ne pouvait pas imposer une nouvelle réglementation à son secteur gazier et pétrolier sans que les États-Unis ne fassent de même.

Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne

La Presse Canadienne

Le premier ministre Stephen Harper affirme que l'approche albertaine sur les émissions de gaz à effet de serre pourrait servir de modèle pour toute l'Amérique du Nord.

Dans une entrevue de fin d'année à CBC News, diffusée mercredi, M. Harper a tenu à dire que le Canada ne pouvait pas imposer une nouvelle réglementation à son secteur gazier et pétrolier sans que les États-Unis ne fassent de même.

Mais il a ajouté qu'il appelait activement les États-Unis et le Mexique à travailler avec le Canada pour couper les émissions de gaz à effet de serre «sur une base continentale», et que le modèle albertain pourrait satisfaire les trois pays.

En Alberta, les plus grands émetteurs doivent réduire l'intensité de leurs émissions - plutôt que de les couper en chiffres absolus. S'ils ne peuvent y parvenir en améliorant leur rendement industriel, ils peuvent acheter des crédits d'émissions ou contribuer à un fonds technologique - de l'ordre de 15 $ par tonne de GES. Ce fonds effectue des investissements dans le secteur privé visant à développer des technologies de réduction des émissions polluantes.

La semaine dernière, M. Harper en a fait sourciller plusieurs en affirmant que toute tentative par le Canada de procéder seul à réglementer ses émissions de gaz à effet de serre dans le secteur pétrolier et gazier représenterait une «politique économique insensée».




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer