Importantes coupes dans la sécurité des transports

Les coupes budgétaires dans la sécurité maritime et... (Photo Archives La Presse)

Agrandir

Les coupes budgétaires dans la sécurité maritime et ferroviaire sont survenues au cours d'une période particulièrement sensible, pendant laquelle les convois transportant du pétrole sur les rails ont augmenté de façon exponentielle.

Photo Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruce Cheadle
La Presse Canadienne
Ottawa

Le gouvernement Harper a procédé à des réductions importantes de ses dépenses pour la sécurité des transports aériens, maritimes et ferroviaires au cours des cinq dernières années, même s'il a fait la promotion de nouvelles mesures de sécurité dans le secteur du transport.

Les plus récentes données, provenant des comptes publics du gouvernement du Canada, révèlent que les dépenses actuelles de Transport Canada pour la sécurité maritime ont chuté de 27 pour cent depuis 2010, alors que celles en matière de sécurité aérienne et ferroviaire étaient toutes deux en baisse de 20 pour cent ou plus.

Les coupes budgétaires dans la sécurité maritime et ferroviaire sont survenues au cours d'une période particulièrement délicate, pendant laquelle les convois transportant du pétrole sur les rails ont augmenté de façon exponentielle. De plus, le gouvernement a dépensé des millions pour promouvoir le transport sécuritaire de bateaux-citernes sur ses côtes afin de soutenir les approbations d'oléoducs.

Le mois dernier, la ministre Lisa Raitt a annoncé que dix inspecteurs supplémentaires seraient embauchés à travers le Canada, en réponse au désastre de Lac-Mégantic qui a fait 47 morts.

Mme Raitt a affirmé que Transport Canada avait suffisamment d'espace budgétaire pour gérer les nouvelles embauches sans financement supplémentaire.

«Il y a eu des compressions dans les dépenses, mais les activités concernant la supervision de la sécurité ferroviaire n'ont pas été coupées (...) La sécurité des Canadiens demeure une priorité pour notre gouvernement», a souligné la porte-parole de la ministre Raitt, Ashley Kelahear, par courriel.

Les responsables de Transport Canada ont indiqué que les «services essentiels» étaient toujours financés adéquatement et que les économies provenaient de coupes dans les frais généraux et l'administration.

C'est précisément ce que veut mettre à l'épreuve le Bureau du directeur parlementaire du budget, mais celui-ci a été continuellement évité par plusieurs ministères, dont Transport Canada, qui refusent de dévoiler comment et à quel endroit ils réduisent leur budget.

«Il y a des contradictions frappantes entre les déclarations de la ministre dans la Chambre, qui dit donner la priorité à la sécurité des Canadiens, et la façon dont elle administre son ministère», a déploré le porte-parole adjoint néo-démocrate en matière de transports, Matthew Kellway.

Selon lui, il est invraisemblable que le ministère améliore les normes de sécurité tout en subissant des coupes dans ses budgets.

«En même temps qu'ils coupent, l'enjeu qu'ils doivent affronter devient de plus en plus urgent, particulièrement en ce qui concerne la sécurité ferroviaire», a regretté M. Kellway.

L'Association des producteurs de pétrole du Canada estime que, d'ici 2016, 700 000 barils de pétrole de l'Ouest seront transportés quotidiennement sur les chemins de fer. En 2009, les trains transportaient moins de 300 000 barils par jour.

«Difficile de croire qu'un ministère puisse réaliser des gains d'efficacité dans une période où le transport de matières dangereuses, comme le pétrole, a augmenté de plus de 1600 pour cent au cours des trois dernières années», a indiqué le critique libéral en matière de transports, David McGuinty.

En février dernier, un audit de Transport Canada avait évalué que les «réductions de budget continuelles avaient eu un effet important sur la direction (du transport de matières dangereuses) et que plus de financement serait nécessaire pour la charge de travail additionnelle».

En fait, le budget précis du transport de matières dangereuses a été effectivement bonifié de 2012 à 2013, passant de 12,7 millions $ à 14,7 millions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer