Ottawa testera le vote électronique après 2015

Le vote électronique avait été mis à l'essai... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le vote électronique avait été mis à l'essai lors de l'élection municipale de Montréal, en 2005.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si la tendance se maintient, des milliers de Canadiens pourraient d'ici quelques années voter via internet lors d'élections partielles fédérales. Une recherche récemment publiée pour le compte d'Élections Canada s'est intéressée aux normes à suivre pour implanter cette technologie au pays.

Élections Canada confirme que des élections partielles qui auront lieu après les élections générales d'octobre 2015 viseront à tester le vote électronique sur la scène fédérale. «Ces élections pourront nous permettre de tester et de garantir l'intégrité et la sécurité de la technologie, explique John Enright, porte-parole d'Élections Canada. Les élections partielles, c'est un peu notre laboratoire.»

Des plans prévoyaient initialement tester le vote électronique d'ici 2015, mais le projet pilote a dû être annulé en raison des coupes budgétaires de l'ordre de 8% à Élections Canada, entrées en vigueur cette année.

Il a été impossible de connaître la date exacte à laquelle auront lieu ces essais qui sont, depuis les compressions, devenus «une priorité à plus long terme» pour Élections Canada. Toutefois, l'organisme confirme que ce type de vote ne mettra pas fin aux méthodes de vote déjà en vigueur au pays.

S'il faudra encore faire preuve de patience avant que cette technologie soit implantée lors d'élections générales fédérales, le vote électronique a déjà été utilisé à plusieurs reprises dans le cadre d'élections municipales ou scolaires depuis dix ans au Canada.

À ce jour, une demi-douzaine de provinces ont adopté des dispositions permettant de mettre en oeuvre d'autres méthodes de vote dans les municipalités, dont le vote électronique.

Élections Canada dit suivre l'évolution du vote électronique dans les municipalités canadiennes, notamment dans les villes d'Halifax, en Nouvelle-Écosse, de même que Markham et Peterborough, en Ontario. Selon Élections Canada, ces essais ont été, pour la plupart, positifs. À Markham, par exemple, la réaction positive du public et l'augmentation du taux de participation ont fait en sorte que la ville compte poursuivre l'utilisation du vote électronique.

Élections Canada suit également la mise en oeuvre de cette technologie dans divers pays. À l'échelle internationale, au nombre des «champions» du vote électronique figurent l'Estonie, la France et l'Australie, notamment.

De grands défis

Mais la tâche n'est pas mince, et les défis demeurent nombreux. Des ratés sont notamment survenus à Washington, en Irlande, en Finlande et en Suisse. Récemment, des failles potentielles ont été mises au jour à Genève, dont le système jouissait pourtant d'une réputation enviable. Au Canada, en mars 2012, des tentatives d'attaques informatiques avaient entraîné d'importants retards durant la course à la direction du NPD.

Au Québec, le vote électronique a aussi connu d'importantes difficultés. En novembre 2005, le vote à l'aide d'urnes électroniques et de terminaux de votation dans plusieurs municipalités avait été un véritable fiasco: difficultés techniques et nombreux retards avaient suscité l'inquiétude de la population et des autorités.

Un encadrement législatif inadéquat, une absence de spécifications techniques et l'insuffisance de mesures de sécurité avaient notamment été exposés dans un rapport accablant du Directeur général des élections du Québec (DGEQ). Depuis 2006, un moratoire sur le vote électronique est en vigueur, empêchant les municipalités du Québec de recourir à cette technologie.

Sans pouvoir avancer de date précise, le DGEQ mentionne en entrevue que le prochain vote par internet «pourrait être mis à l'essai pour des électeurs se trouvant à l'extérieur du Québec». Disant «suivre de près l'évolution du vote électronique», le DGEQ a notamment envoyé un observateur en avril 2013, lors de la course à la chefferie du Parti libéral du Canada, durant laquelle les électeurs pouvaient entre autres voter via internet.

Recommandations au Canada

D'ici à ce que la technologie soit mise à l'épreuve lors d'élections partielles fédérales, Élections Canada compte pour sa part observer et analyser les modèles qui se sont révélés les plus performants au pays et à travers le monde afin de pouvoir adopter les «meilleures pratiques».

De nouvelles dispositions encadrant les élections fédérales pourraient toutefois devoir être adoptées au pays, notamment des sanctions en cas d'abus et de fraudes électorales, selon l'étude menée pour le compte d'Élections Canada.

Parmi les autres recommandations, la durée du vote par internet devrait durer au moins une semaine et se terminer avant le jour du scrutin afin de permettre aux autorités d'intervenir en cas de problèmes techniques.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer