Deux caquistes déclinent les avances des conservateurs

Gérard Deltell ne ferme pas la porte à... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Gérard Deltell ne ferme pas la porte à un saut en politique fédérale, ses sympathies pour le Parti conservateur ne datant pas d'hier.

Photothèque Le Soleil

(OTTAWA) Deux députés caquistes ont formellement repoussé les avances du Parti conservateur, hier, alors que la formation de Stephen Harper poursuit ses efforts pour recruter des candidats de prestige en vue des élections de 2015.

Les conservateurs espèrent améliorer leur score de cinq sièges dans la province au prochain scrutin fédéral. Ils ne cachent pas leur intérêt pour certains députés de l'ancienne Action démocratique du Québec, qui a fusionné avec la Coalition avenir Québec (CAQ) en 2012.

Au cours d'un point de presse à Québec, le lieutenant de Stephen Harper dans la province, Denis Lebel, a affirmé hier avoir eu des échanges avec Gérard Deltell (Chauveau) et Éric Caire (La Peltrie). Selon des informations obtenues par La Presse, les conservateurs ont aussi courtisé le député de Shefford, François Bonnardel.

Une source conservatrice a relevé que les circonscriptions où pourraient atterrir ces députés caquistes n'ont toujours pas fait l'objet d'une course à l'investiture. C'est donc dire que la porte du parti demeure grande ouverte s'ils souhaitent faire le saut.

Or, deux de ces trois députés ont indiqué hier qu'ils n'ont aucune intention de poursuivre leur carrière sur la scène fédérale.

«Je ferme clairement et définitivement la porte», a déclaré d'emblée Éric Caire.

Bien qu'il se dise «flatté» de l'intérêt des conservateurs, le député affirme vouloir terminer le mandat que lui ont confié les électeurs de sa circonscription. Il se dit par ailleurs parfaitement heureux au sein de la CAQ.

«J'ai une famille politique qui me convient parfaitement, qui répond à ma vision du Québec, à ce que je pense qui est bon pour le Québec», a-t-il indiqué.

François Bonnardel a abondé dans le même sens.

«Vous pouvez écrire en majuscules qu'il est hors de question que je me présente avec les conservateurs aux prochaines élections fédérales, a-t-il dit. J'ai un combat à gagner pour les quatre prochaines années, et c'est de faire élire François Legault comme premier ministre.»

Deltell ouvert

En revanche, Gérard Deltell ne ferme pas la porte à un saut en politique fédérale.

Les sympathies de M. Deltell pour le Parti conservateur ne datent pas d'hier. Alors qu'il était étudiant, dans les années 70, il a occupé des emplois d'été à la permanence de l'ancien Parti progressiste-conservateur, alors dirigé par Joe Clark. Il est devenu membre du parti en 1981, avant de devenir journaliste. «Mon intention est de terminer mon mandat à l'Assemblée nationale, a-t-il maintenu hier. Mais en politique, il ne faut jamais dire jamais.»

Les conservateurs misent sur la région de Québec, le Saguenay-Lac-Saint-Jean et la Beauce pour améliorer leur score aux prochaines élections fédérales.

Il semble acquis que l'ancien ministre des Affaires étrangères, Lawrence Cannon, effectuera un retour en politique fédérale. Il ne briguera pas les suffrages dans la circonscription de Pontiac, en Outaouais, mais bien dans la région de Québec.

La Vieille Capitale ne serait pas un changement de décor inusité pour M. Cannon. Député provincial pendant neuf ans, il représentait La Peltrie, la circonscription d'Éric Caire.

Un autre ancien ministre de Stephen Harper, Jean-Pierre Blackburn, envisage lui aussi un retour en politique. Il a été battu par 4000 votes dans la circonscription de Jonquière-Alma aux élections de 2011.

Le gagnant de cette élection, Claude Patry, a quitté le Nouveau Parti démocratique pour se joindre au Bloc québécois. Il n'a pas l'intention de solliciter un autre mandat.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer