Banque de données sur les actes terroristes: le Québec en tête

La voiture de Martin Rouleau renversée après une... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

La voiture de Martin Rouleau renversée après une poursuite policière. L'homme avait auparavant commis l'attentat qui avait coûté la vie à l'adjudant Patrice Vincent à Saint-Jean-sur-Richelieu en octobre dernier.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

Une nouvelle banque de données accessible au public, qui se penche sur plus de 50 ans de actes terroristes et extrémistes ayant un lien avec le Canada, laisse croire que 42% des événements terroristes survenus au Canada ont eu lieu au Québec.

C'est le réseau canadien pour la recherche sur le terrorisme, la sécurité et la société, ou TSAS, qui a mis sur pied cette banque de données nommée le CIDB, pour Canadian Incident Database. Le projet est né en décembre 2013, grâce au financement du ministère de la Sécurité publique et de l'agence pour la Recherche et le développement pour la défense.

Elle rassemble plus de 1815 actions terroristes ou extrémistes répertoriées entre 1960 et 2014, dont 410 ont eu lieu à l'étranger.

En s'attardant sur les 1170 événements terroristes ayant eu lieu au Canada, le constat à partir de ce document est que 42% de ces actions depuis 1960, qui comprennent autant les explosions et attaques que les alertes à la bombe, ont eu lieu au Québec. Au total, sur les 54 ans que couvre la base de données, cela signifie 493 actions terroristes sur les 1170 au total au Canada, selon ce qui est répertorié dans la banque de données.

L'analyse laisse croire que ces événements terroristes ou extrémistes ont connu deux sommets, au début et à la fin des années 1960, une baisse vers le milieu des années 1970 et de faibles sommets dans les années 1980 et vers 2006 et 2008.

Le premier sommet représente les attaques de groupes religieux, spécialement les Doukhobors - une communauté chrétienne d'origine russe -, qui perpétraient des incendies criminels pour faire des revendications politiques.

La seconde montée a eu lieu dans les événements ayant culminé avec la crise d'octobre au Québec. Bien qu'il y a eu une série d'attentats séparatistes au début des années 1960, le sommet a eu lieu en 1968: 46 attaques ont été perpétrées, soit 58% de tous les événements au Canada cette année-là. Entre 1968 et 1971, les groupes séparatistes, notamment, bien sûr, le Front de libération du Québec (FLQ), sont responsables de 142 de ces actions au Québec, quatre en Ontario et une en Alberta.

Si l'on se penche sur les dix dernières années répertoriées dans la banque de données, environ 30% des événements sont liés au Québec. Des actions liées à la grève étudiante de 2012, telles que les bombes fumigènes placées dans le métro de Montréal, en font partie, tout comme l'entrée de l'homme armé Richard Bain au Métropolis après l'élection du Parti québécois de Pauline Marois.

Globalement, trente pour cent des événements se sont passés en Colombie-Britannique et 19%, en Ontario. Environ 46% du total des attaques comprennent une explosion.

Près du quart des événements à caractère extrémiste, qui comprennent des actes de suprémacistes et des coups d'éclat environnementalistes, sont concentrés entre 1980 et 1984. Environ 30% des événements étaient faits par des individus non armés.

S'appuyant sur la définition du Code criminel du terrorisme pour différencier les événements terroristes et extrémistes, la banque de données recense 1170 actes terroristes qui ont causé 450 morts au Canada. Au total, 87% sont considérés comme terroristes.

La plupart des morts découlent de deux attaques aériennes. En 1965, un avion du Canadien Pacifice (CP) s'est écrasé après une explosion, tuant 52 personnes. Le bombardement d'un avion d'Air India en 1985 a quant lui fait 329 morts.

Selon le TSAS, le but de cette base de données est de fournir aux chercheurs sur la sécurité nationale des informations publiques qui pourraient être utilisées pour identifier des modèles récurrents pour améliorer notre compréhension du crime terroriste et extrémiste au Canada. Elle est gérée par des membres des universités de la Colombie-Britannique, Simon Fraser, Carleton, de Waterloo et de l'Université de Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer