TransCanada: la Saskatchewan demande au Québec de modérer ses conditions

Les républicains détiennent maintenant la majorité au Sénat... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Les républicains détiennent maintenant la majorité au Sénat et à la Chambre des représentants. Ils ont fait de l'autorisation du projet Keystone XL leur priorité au premier jour de la nouvelle session, hier.

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
REGINA

L'Assemblée législative de la Saskatchewan a adopté, mercredi, une motion demandant au Québec et à l'Ontario de retirer ce que le premier ministre Brad Wall a appelé des «barrières inutiles» au projet d'oléoduc Énergie Est, de TransCanada.

M. Wall avait déjà publiquement estimé que c'est à l'Office national de l'énergie, agence fédérale, de veiller au respect des normes environnementales et de sécurité dans ce dossier. Il reprochait aussi aux premiers ministres du Québec et de l'Ontario de créer des «barrières inutiles» au projet. Il a donc voulu donner à ses positions tout le poids de l'Assemblée législative, par un vote des députés.

La motion demande aussi aux deux provinces de ne plus imposer de nouvelles conditions, notamment une étude sur les émissions de gaz à effet de serre (GES).

«Nous voulions soulever le fait que nous remplacerions du pétrole d'ailleurs par du pétrole canadien. Même si nous sommes un des plus grands producteurs au monde, certaines régions du pays en importent de l'Irak, de l'Algérie, de l'Arabie Saoudite, du Venezuela et des États-Unis. C'est insensé», a expliqué le premier ministre Wall.

Il espère que le Québec et l'Ontario considéreront «l'aspect national» du projet.

«C'est pourquoi nous ne nous sommes jamais opposés aux subventions octroyées à l'industrie automobile, par exemple. Nous avons que c'est important pour le Canada d'avoir un secteur automobile fort», a-t-il souligné.

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard avait déjà répliqué mardi à son homologue, affirmant que le Québec assumera toutes ses compétences pour évaluer le projet, quoi qu'en pense la Saskatchewan. Il prévenait M. Wall que «l'exercice de la juridiction québécoise en matière d'environnement - donc la tenue d'un processus d'évaluation québécois - est incontournable».

Le gouvernement Couillard a fixé sept conditions pour appuyer le projet de 12 milliards $ visant à acheminer plus d'un million de barils de pétrole brut par jour des sables bitumineux de l'ouest du pays vers les raffineries du Québec et le port de Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

Parmi ces conditions, le Québec attend une évaluation de sa propre agence, le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement, pour l'ensemble du tronçon québécois de l'oléoduc, y compris une expertise sur les émissions de GES. Le Québec exige aussi une consultation des communautés locales et autochtones, de même que l'assurance de retombées économiques et fiscales pour la province, notamment en matière de création d'emplois.

En visite mardi à Québec pour faire la promotion de l'oléoduc, le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Brian Gallant, avait quant à lui admis que les conditions posées par le Québec et l'Ontario sont «très raisonnables et atteignables».

De son côté, M. Couillard a affirmé mardi être à l'abri des pressions de ses collègues des autres provinces dans ce dossier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer