BIXI: un million en frais d'avocat pour Montréal

En 2014, la Ville avait débloqué un budget... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

En 2014, la Ville avait débloqué un budget de 1 210 000 $ pour le cabinet Gowling Lafleur Henderson pour ces dossiers, dont 815 747,80 $ ont été finalement versés. Selon la Ville, le cabinet Blake, Cassels & Graydon sera en mesure d'offrir les mêmes services que son concurrent pour presque la moitié du coût.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La faillite de l'ex-gestionnaire de BIXI, la Société de vélo en libre-service (SVLS), continue de coûter cher aux contribuables montréalais, alors que la Ville de Montréal lancera jeudi matin la saison 2017 de BIXI qui débute samedi. Trois ans plus tard, la facture s'élève à plus d'un million de dollars seulement en honoraires d'avocat, en plus des millions déjà perdus par Montréal dans la faillite.

Le comité exécutif de la Ville de Montréal prévoit accorder mercredi un contrat de 207 365 $ plus taxes au cabinet Blake, Cassels & Graydon pour représenter la Ville dans les litiges liés à la faillite de la SVLS et aux six poursuites en dommages intentées par des fournisseurs de la Société, indique un sommaire décisionnel rendu public mardi soir en vue de la séance du comité exécutif.

En 2014, la Ville avait débloqué un budget de 1 210 000 $ pour le cabinet Gowling Lafleur Henderson pour ces dossiers, dont 815 747,80 $ ont été finalement versés. Selon la Ville, le cabinet Blake, Cassels & Graydon sera en mesure d'offrir les mêmes services que son concurrent pour presque la moitié du coût, essentiellement en raison d'un taux horaire moins élevé. Au final, c'est au moins un million de dollars qui ont été alloués à ces deux cabinets pour représenter la Ville dans ces litiges.

«Bien que nous soyons satisfaits des services rendus à ce jour par ce cabinet [Gowling Lafleur Henderson, une nouvelle situation particulière d'affaires, que ce dernier a porté à notre connaissance en toute transparence, nous amène à recommander la rétention des services d'un autre cabinet pour l'ensemble de ces dossiers», indique le document.

L'ancien gestionnaire de BIXI avait obtenu un prêt de 37 millions de la Ville de Montréal en 2011, avant de faire faillite en 2014. Or, «le syndic à la faillite conteste la validité du prêt de 37 M$ de la Ville et demande à cette dernière de remettre cette somme dans les actifs de la faillite», indique le sommaire décisionnel.

La Ville est également poursuivie pour 4 171 000 $ par six fournisseurs de la SVLS : Série, Act Peintures; C.I.F. Métal Ltée; Le Groupe Poitras; Les industries Fournier inc.; CMP Advanced Mechanical Solutions ltd et Cycles De Vinci.

- Avec Pierre-André Normandin




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer