Cannabis: l'ouverture d'un dispensaire tourne mal dans Hochelaga

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un tatoueur et blogueur controversé qui a tenté d'ouvrir un dispensaire de cannabis médical dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve au cours des derniers mois affirme que le crime organisé s'est emparé de son projet pour blanchir de l'argent.

« Avec le projet de légalisation du cannabis de Justin Trudeau qui tarde à se mettre en place, c'est ça qui se passe. Il y a des gens de mauvaise foi du milieu criminel qui veulent s'intégrer au marché légal avec leur argent sale. C'est un champ ouvert pour le crime organisé, la corruption et les magouilles », dit Pat Vaillancourt.

Suivi par près de 70 000 personnes sur Facebook, le blogueur a publié à la fin du mois de janvier une vidéo décrivant le racket dans lequel il dit s'être trouvé coincé, face à des gens du crime organisé « impliqués dans le gros trafic de drogues dures ». 

Sa dénonciation lui a vite valu des représailles : le 3 février, deux hommes cagoulés et armés de barres de métal sont entrés par effraction dans son studio de tatouage de la rue Hochelaga, alors que deux employés se trouvaient à l'intérieur. 

Des images captées par les caméras de surveillance montrent un des deux suspects démolir un présentoir vitré d'un coup de bâton. Un des employés a été légèrement blessé à un pied lors de l'incident, confirme pour sa part le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui a démarré une enquête.

Investisseur gourmand

M. Vaillancourt l'admet d'emblée : il a eu ces derniers temps de graves problèmes de consommation de cocaïne. Pour se sortir des problèmes d'argent liés à sa dépendance, il a voulu lancer son propre dispensaire de cannabis médical. « Je voyais là une façon de faire de l'argent rapidement, alors j'ai foncé tête baissée », dit-il.

En parlant de son projet autour de lui, il s'est fait présenter des gens qui se sont montrés prêts à investir 160 000 $ pour l'achat de l'équipement nécessaire à l'ouverture du dispensaire, dont un appareil pour fabriquer des cigarettes électroniques à l'huile de marijuana. 

« Avec ma naïveté, j'ai cru qu'ils étaient de bonne foi », dit Pat Vaillancourt.

Deux mois plus tard, les choses ont dérapé. Comme il n'arrivait pas à ouvrir le dispensaire rapidement, ses partenaires ont exigé qu'il rembourse les sommes qu'ils ont investies. Il a alors proposé de revendre l'équipement. « Ils m'ont dit que je leur devais maintenant 250 000 $, même une fois l'équipement vendu. J'ai capoté, ils se sont mis à me harceler et à me menacer. Je ne savais plus quoi faire. Ils sont venus chercher le matériel dans mon studio, et ils m'ont dit : "Tu me dois encore 250 000 $." »

Maximiser les permis de santé Canada

Le type de dispensaire que voulait ouvrir M. Vaillancourt, bien qu'officiellement illégal, est toléré depuis plusieurs années par les policiers montréalais, pourvu que leurs exploitants vendent uniquement du cannabis à des détenteurs de permis de consommation médicale délivrés par Santé Canada. Les propriétaires et leurs fournisseurs de marijuana exploitent une disposition du Règlement sur l'accès au cannabis à des fins médicales qui les autorisent à faire pousser et à transformer du cannabis au nom de leurs clients, à titre de « producteurs désignés ». 

Dans certains cas, ils peuvent faire pousser jusqu'à 200 plantes par client, et même davantage, en fonction du nombre de grammes de cannabis que les médecins autorisent leurs clients à consommer quotidiennement. « Dans bien des cas, leur interprétation de la loi est tout à fait illégale, affirme toutefois le commandant Nicodemo Milano, responsable des enquêtes sur le crime organisé au SPVM. Par expérience, nous avons été confrontés à des enquêtes où des gens avaient des cultures autorisées par Santé Canada et étaient en possession d'un nombre qui surpassait la quantité permise. »

Le commandant Milano refuse toutefois de parler spécifiquement du cas de Patrick Vaillancourt, puisqu'une enquête est en cours.

Moyen de défense

Mis au pied du mur, craignant le pire, M. Vaillancourt croit qu'en mettant son histoire au jour, ses anciens acolytes le laisseront en paix. Il a retiré il y a quelques jours sa vidéo de dénonciation de Facebook, mais il dit avoir préparé une deuxième vidéo, dans laquelle il dévoile tous les détails de son histoire, incluant les noms des personnes avec qui il s'est associé. 

« Je ne suis pas fou et je ne suis pas un stool. Je n'ai révélé à personne le nom des personnes qui m'ont fait subir ça, même pas à la police, dit-il. Mais s'il m'arrive quelque chose de grave, à moi ou à ma famille, j'ai donné des instructions pour que cette deuxième vidéo soit diffusée », menace-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer