Des voies réservées autobus-vélos sur certaines artères à l'étude

Le maire Denis Coderre n'a pas nié qu'un... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Le maire Denis Coderre n'a pas nié qu'un projet de voies réservées pour cyclistes et autobus était à l'étude.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que les bouchons de circulation ont atteint des sommets à Montréal, la Société de transport de Montréal (STM) plancherait sur une reconfiguration majeure des voies sur plusieurs des artères principales vers le centre-ville.

Le chef de l'opposition officielle, Luc Ferrandez, affirme avoir reçu des « informations privilégiées » selon lesquelles la rue Saint-Denis, le boulevard Saint-Laurent, l'avenue Papineau, la rue Saint-Urbain, l'avenue De Lorimier, la rue Sherbrooke et le boulevard Rosemont pourraient bientôt être dotés de voies réservées aux autobus et aux cyclistes.

Luc Ferrandez a dévoilé ces informations étonnantes lundi après-midi lors de la réunion du conseil municipal de Montréal en reprochant au maire Denis Coderre de mener ce projet « dans le secret ».

Selon le chef de Projet Montréal, la STM étudie par ailleurs le scénario de transformer les avenues De Lorimier et Papineau en sens uniques. Elle pense aussi à démolir la piste cyclable de la rue Saint-Urbain, l'une des plus utilisées à Montréal, pour faire place à une voie réservée. Selon le document « coulé » à l'opposition (mais qui n'a pas été montré aux médias), l'échéancier de ce grand projet est fixé à 2017.

Le maire Denis Coderre n'a pas nié ces informations, mais il a prévenu « de ne pas partir en peur » puisque le projet fait toujours l'objet d'études.

« On est en train de mettre sur pied une série d'options et on les regarde toutes. Est-ce qu'on veut plus de voies réservées à Montréal ? Oui. Est-ce qu'on veut s'assurer d'avoir plus de transports collectifs ? Oui », a-t-il répondu.

M. Coderre attend notamment les résultats d'un projet-pilote de voie réservée partagée par les vélos et les autobus actuellement mené sur le boulevard Viau avant d'aller de l'avant. Généralement, les voies réservées peuvent aussi être empruntées par les taxis.

FERRANDEZ N'A PU RENCONTRER LA STM

Informé de ce projet, M. Ferrandez, qui est aussi maire du Plateau-Mont-Royal, a demandé une réunion sur le sujet à la Société de transport de Montréal (STM). Il affirme que cette réunion a été annulée une heure et quart avant l'heure prévue. Lorsqu'il a demandé pourquoi, il s'est fait répondre « pour des raisons politiques ».

« Est-ce que vous vous rappelez le psychodrame quand on a changé 100 mètres de sens unique sur le Plateau-Mont-Royal ? Pendant sept ans, tous les médias en ont parlé ! Là, c'est toute la ville qui va être modifiée, alors comment travailler ça dans son coin sans en parler avec les arrondissements ? Sans en parler avec la société civile ? », dénonce le maire Ferrandez.

« Il y a un nouveau roi des sens uniques à Montréal et je suis content de passer le flambeau, mais le nouveau roi, il est sur les stéroïdes. » - Luc Ferrandez, chef de l'opposition officielle

Le maire Coderre a répondu en décochant aussi une flèche à son adversaire : « Je comprends que le chef de l'opposition a cheminé, peut-être que quand lui il a fait son plan d'action au niveau des rues du Plateau, il aurait eu intérêt à consulter. »

Existe-t-il des données qui démontrent que la cohabitation entre les vélos et les autobus sur une voie réservée est sécuritaire ? La STM n'a pas été en mesure de répondre à nos questions sur le sujet lundi.

« En collaboration avec la ville centre, nous étudions actuellement plusieurs axes/corridors. Ces études touchent notamment les corridors Papineau/De Lorimier, Saint-Denis et Saint-Laurent/Saint-Urbain. Par contre, les études ne sont pas encore terminées et il est trop tôt pour parler des concepts et, par conséquent, des échéanciers de réalisation », s'est bornée à dire Isabelle-Alice Tremblay, porte-parole de la STM, dans un courriel.

Luc Ferrandez craint pour sa part les accidents, particulièrement dans la rue Saint-Urbain, où la piste cyclable a été sécurisée avec des terre-pleins à la suite d'accidents impliquant des autobus.

« Dès que le nombre de cyclistes est faible, il n'y a pas de problème. Dès que le nombre de cyclistes augmente, la mixité de la voie devient très difficile. Le moment où l'autobus coupe les cyclistes pour aller s'arrêter sur le coin et le moment où il part pour dépasser le flot de cyclistes sur la gauche, c'est extrêmement complexe », souligne-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer