La soeur d'une victime de pitbull dénonce le «chantage» de la SPCA

La SPCA craint de devoir euthanasier des animaux... (Photo Martin Tremblay, archives La Presse)

Agrandir

La SPCA craint de devoir euthanasier des animaux en santé n'ayant aucun problème de comportement.

Photo Martin Tremblay, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La soeur de Christiane Vadnais, tuée cet été par un pitbull, dénonce le « chantage » de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA), qui a avisé Montréal hier du retrait de ses services canins si la métropole va de l'avant avec son interdiction des pitbulls.

La SPCA a rencontré hier les 12 arrondissements montréalais (sur 19) recourant à ses services pour gérer la population canine. L'organisation, qui s'oppose fermement à toute interdiction basée sur la race, les a informés qu'elle ne pourrait continuer ce travail une fois adopté le règlement sur les chiens dangereux, qui doit entrer en vigueur le 26 septembre. 

« Avec tout ce qui s'est dit et passé, ce n'est pas vrai qu'on va dire que les animaux sont plus importants que les humains. Les pitbulls, c'est une catégorie hors norme, ils sont plus dangereux que les autres races », déplore Lise Vadnais, soeur de Christiane Vadnais. 

La femme blâme la SPCA pour la récente décision de Sainte-Adèle d'abandonner son interdiction des pitbulls, en vigueur depuis 18 ans. « La SPCA fait la loi partout et j'espère que la Ville de Montréal prendra ses responsabilités, surtout qu'il est question de protéger des vies humaines », poursuit Mme Vadnais. 

La SPCA se défend en disant faire « le choix de rester fidèle à ses valeurs ». « Ainsi, advenant l'adoption de la réglementation telle que proposée, c'est à regret que nous vous informons de notre intention de modifier le contrat avec votre arrondissement pour en exclure le volet canin », écrit l'organisation dans une lettre envoyée hier aux 12 arrondissements montréalais. L'organisation se dit prête à maintenir ses services pour les chats errants ainsi que pour les animaux exotiques. 

Son contrat prévoyant une période de transition de 90 jours, la SPCA précise qu'elle cessera d'offrir ses services canins le 31 décembre 2016. 

Par communiqué, la SPCA dit que le règlement la forcerait à euthanasier des animaux en santé n'ayant aucun problème de comportement. « S'il avait été en vigueur cette année, le règlement aurait rendu impossible l'adoption de 300 à 700 chiens en parfaite santé qui ne présentent aucun signe de dangerosité », dit la Dre Gabrielle Carrière, vétérinaire en chef à la SPCA de Montréal.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer