Le déversement a commencé

Durant sept jours, tout ce qui proviendra des... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Durant sept jours, tout ce qui proviendra des éviers, toilettes, laveuses, lave-vaisselles et égouts d'un important secteur de l'île se retrouvera dans le fleuve. Sur la photo: un préservatif flotte dans l'un des lieux de déversement, à Verdun.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une minute après le coup de minuit, Montréal a fermé les vannes où passait le tiers des eaux usées qui coulaient en direction de la station d'épuration de la métropole. Conséquence: au cours de la prochaine semaine, huit milliards de litres d'eaux usées seront redirigés au fleuve Saint-Laurent sans être filtrés.

Les contestataires ont bloqué la route 132 en... (PHOTO FÉLIX O.J. FOURNIER, COLLABORATION SPÉCIALE) - image 1.0

Agrandir

Les contestataires ont bloqué la route 132 en direction ouest, mais laissaient passer les automobilistes en direction est.

PHOTO FÉLIX O.J. FOURNIER, COLLABORATION SPÉCIALE

>>> Envoyez-nous vos photos du déversement«Pour moi, la décision que l'on prend, aussi impopulaire soit-elle, est une décision responsable dont le but premier est d'assurer une meilleure protection pour le fleuve et pour notre eau», a déclaré mardi matin le maire Denis Coderre. Il n'a pas été possible de parler avec un représentant du maire mardi soir.

La totalité ou une part importante des eaux usées en provenance des résidences, hôpitaux et entreprises de 12 arrondissements et sept villes défusionnées de l'île de Montréal se retrouveront dans le fleuve.

La fermeture des vannes vise à assécher un immense tuyau de 30 kilomètres, car la Ville veut y réaliser des travaux qu'elle dit ne pas avoir le choix de faire. La purge complète de la conduite, appelée intercepteur sud-est, prendra entre 18 et 24 heures. À certains endroits, elle sera vide dès ce midi.

Une fois la conduite asséchée, différents travaux y seront réalisés 24 heures sur 24 durant une période maximale de 7 jours.

Depuis cette nuit, les eaux usées qui sont habituellement acheminées vers l'intercepteur sud-est sont dérivées vers le fleuve, à partir de 24 points répartis entre les arrondissements de LaSalle et de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

Ces 24 exutoires étaient utilisés il y a 30 ans pour déverser les égouts de la métropole, avant la construction de l'usine d'épuration à la pointe de l'île. Ils servent encore aujourd'hui à diriger les surverses du réseau lors des périodes de fortes pluies.

La collaboration des citoyens demandée

Durant sept jours, tout ce qui proviendra des éviers, toilettes, laveuses, lave-vaisselles et égouts d'un important secteur de l'île se retrouvera dans le fleuve. La Ville demande d'ailleurs aux citoyens de ne pas jeter dans les toilettes des objets comme des tampons, des condoms, des cure-oreilles, du fil dentaire ou des huiles de cuisson. Chaque jour, plus de 20 tonnes de ces matières sont captées par les grillages de la station d'épuration.

Elle demande aussi aux citoyens de réduire leur consommation d'eau et d'utiliser des produits de nettoyage biodégradables.

Jusqu'à 48 heures après la fin des travaux, les contacts avec l'eau (kayak, surf, pêche sportive) seront interdits.

La Ville de Montréal a aussi pris contact avec 165 «établissements industriels» dont les rejets se retrouvent normalement dans l'intercepteur sud-est. Les 45 établissements qui déchargent le plus grand volume d'eaux usées feront l'objet d'un suivi plus serré.

Feu vert de la ministre

Lundi soir, la nouvelle ministre de l'Environnement, Catherine McKenna, a autorisé le déversement en posant quatre conditions. Elle demande notamment à la Ville d'effectuer une surveillance visuelle des panaches de l'effluent, de mettre sur pied un plan d'urgence pour gérer les rejets imprévus des industries durant la période de travaux et de fournir jusqu'en juin 2016 à Environnement Canada des données qui mesurent la qualité de l'eau du fleuve.

«Je vais vous dire une chose, cette surverse-là est celle où il va y avoir le plus de monitorage depuis l'existence des surverses», a déclaré Richard Fontaine, responsable des eaux usées à la Ville de Montréal.

La ministre McKenna a aussi annoncé qu'Environnement Canada procéderait à l'examen des événements qui ont mené à la crise maintenant connue comme le «flushgate». La Ville, le ministère de l'Environnement du Québec et des communautés membres des Premières Nations participeront à ce bilan.

«Au final, cet épisode aura eu l'effet bénéfique de sensibiliser davantage la population à l'importance de protéger nos cours d'eau. J'y vois aussi l'excellente opportunité de recueillir des données scientifiques qui serviront à l'ensemble des villes canadiennes», a souligné le maire Coderre.

L'opération en huit temps

1- Le parcours «normal» des eaux usées

Lorsque vous tirez la chasse d'eau, lavez la vaisselle ou prenez une douche, vos eaux usées sont acheminées dans un collecteur d'égout. L'eau est ensuite dérivée dans d'immenses conduites appelées intercepteurs qui ceinturent l'île de Montréal. Elles peuvent atteindre 5 mètres de diamètre et sont enfouies jusqu'à 45 mètres de profondeur. Grâce à la gravité, les eaux usées s'écoulent ensuite vers la station d'épuration Jean-R.-Marcotte, située à la pointe est de l'île. Les résidus solides y sont filtrés, puis l'eau est rejetée dans le fleuve Saint-Laurent.

2- Purge de l'intercepteur sud-est

Afin de réaliser des travaux, la Ville de Montréal a commencé à purger l'intercepteur sud-est la nuit dernière. Ce tuyau longe le fleuve et est situé entre les arrondissements de LaSalle et de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles. Il mesure 30 kilomètres et recueille le tiers des eaux usées de la métropole. Les eaux de l'intercepteur n'iront pas directement dans le fleuve, elles passeront par la station d'épuration. L'assèchement du tuyau prendra entre 18 et 24 heures.

3- Fermeture des vannes

Afin d'empêcher l'eau de continuer à se déverser dans l'intercepteur sud-est, la Ville de Montréal a fermé la nuit dernière les vannes qui se trouvent dans les structures de régulation, qui font le lien entre les égouts collecteurs et la structure qui sert à faire plonger l'eau dans l'intercepteur. Ces vannes resteront fermées durant sept jours au maximum.

4- Enlèvement des cintres

Dès que l'intercepteur sera asséché, des ouvriers y descendront pour réaliser une série de travaux de maintenance. Le plus gros du travail consiste à retirer quatre systèmes de soutènement temporaires de 14 cintres qui sont dans un état de détérioration avancée. Ils menacent de se détacher dans l'intercepteur et d'endommager les convoyeurs et les pompes de la station d'épuration, ou encore de provoquer la formation d'embâcles dans le réseau.

5- Le parcours de l'eau durant les travaux

Avant la construction de l'usine d'épuration, il y a 30 ans, les eaux usées étaient directement acheminées vers le fleuve Saint-Laurent. Durant les travaux, l'eau qui était normalement dirigée vers l'intercepteur sud-est reprendra ce chemin. L'eau sera déversée par 24 points qui se trouvent entre LaSalle et Rivière-des-Prairies. Fait à noter, en période de forte pluie, l'eau du réseau déborde souvent en suivant ce trajet.

6- Tuyaux sous-marins

Oubliez les photos de bouches de tuyau qui crachent de l'eau dans un cours d'eau publiées à maintes reprises dans les médias depuis le début de la crise du «flushgate». Les 24 conduites qui videront les eaux usées dans le fleuve cette semaine sont situées au fond de l'eau, à une distance de 30 à 50 mètres des berges. En raison du temps froid et du débit du fleuve, la Ville indique d'ailleurs que les citoyens ne devraient pas sentir d'odeurs.

7- Fermeture d'une chute à neige

L'hiver, l'intercepteur sud-est reçoit aussi la neige qui est déblayée. Six chutes à neige sont directement branchées à l'intercepteur. Les travaux d'abaissement de l'autoroute Bonaventure entraîneront la disparition de la chute à neige Wellington, qui dessert le centre-ville de Montréal. La Ville a choisi de convertir la structure d'accès Riverside en chute à neige. La fermeture de l'intercepteur est nécessaire pour construire une plateforme de sécurité au fond de cette cage d'escalier de 35 mètres.

8- Construction d'une nouvelle chute à neige

Le reste des travaux pourra être réalisé même si l'eau s'écoule normalement dans l'intercepteur. Des murs doivent notamment être installés pour empêcher la neige d'aboutir dans les escaliers. Les travaux vont durer 20 jours. Durant cette période, l'eau devra être dérivée vers le fleuve par un seul point de rejet, à un débit de 0,8 mètre cube par seconde.

Prière de ne pas jeter...

Si vous vivez ou travaillez à LachineLaSalleVerdun, Le Sud-OuestVille-MarieOutremontMercier-Hochelaga-MaisonneuveRosemont-La-Petite-Patrie, Le Plateau-Mont-Royal, Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâces, à Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles, Anjou, Montréal-OuestCôte-Saint-Luc, Mont-RoyalWestmountMontréal-Est, Saint-Léonard ou Hamsptead, tout ce que vous jetterez au cours des prochains jours dans vos toilettes ou vos égouts pourrait se retrouver dans le fleuve.

Évitez donc de jeter les objets suivants : 

  • Des serviettes humides jetables et pour bébés
  • Des couches
  • Des cotons-tiges
  • Des cheveux
  • De la soie dentaire
  • Des tampons et serviettes hygiéniques
  • Des condoms
  • Des médicaments périmés et des seringues
  • De la graisse alimentaire
  • Des résidus domestiques dangereux (RDD)
  • Des cigarettes
  • Du papier essuie-tout

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer