Piste cyclable Brébeuf: bisbille autour d'un terre-plein

La solution proposée par le maire Coderre: supprimer... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La solution proposée par le maire Coderre: supprimer le trottoir aux abords du parc Laurier et y ériger la piste cyclable. Les piétons pourraient emprunter le sentier adjacent qui se trouve dans le parc.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le torchon brûle entre les maires Denis Coderre et Luc Ferrandez. Le sujet de la dispute: après avoir autorisé les travaux de sécurisation de la piste cyclable de la rue De Brébeuf, le maire Coderre a décidé de suspendre le contrat afin d'éviter la perte de dizaines de places de stationnement.

Le maire du Plateau Mont-Royal et chef de l'opposition officielle à l'hôtel de ville, Luc Ferrandez, l'a accusé hier de faire de la politique sur le dos des cyclistes. Quant au maire Coderre, il reproche à son adversaire d'avoir « déchiré sa chemise » sur la place publique, alors que des discussions étaient entamées pour trouver un compromis.

« Je n'ai pas l'esprit revanchard, malheureusement, nos amis de l'opposition officielle se radicalisent de plus en plus », a déclaré le maire ce matin lors de sa rubrique quotidienne au comité exécutif. « On va demander aux gens de se calmer, on va trouver une solution », a-t-il ajouté ce matin. «Mon but, c'est de s'assurer qu'on trouve cet équilibre entre les besoins de la communauté et le vélo.»

Surnommée « l'autoroute des cyclistes », la piste cyclable sur De Brébeuf est l'une des plus fréquentées à Montréal. La construction d'un terre-plein central le long de la piste qui longe le parc Laurier sur un tronçon d'environ 350 mètres était un projet de la Ville centre et avait franchi toutes les étapes d'autorisation, dont un vote des élus au conseil d'agglomération.

Selon le maire Coderre, la construction du terre-plein engendre la perte de 50 places de stationnement, dans un secteur où résidants et commerçants se plaignent d'un manque. Selon l'opposition, c'est plutôt 41 places qui seraient sacrifiées, mais seulement 25 de jour.

Le maire a cité le dépôt d'une pétition de 9600 noms contre l'implantation de nouvelles vignettes de stationnement pour justifier la suspension du contrat.

« Là, ça leur pète dans la face. Dans le royaume du Plateau, il y a une craque. On pensait pouvoir faire ce qu'on voulait, mais non, ça ne marche pas comme ça », a déclaré le maire Coderre, hier, lors d'une mêlée de presse.

La solution proposée par le maire Coderre: supprimer le trottoir aux abords du parc Laurier et y ériger la piste cyclable. Les piétons pourraient emprunter le sentier adjacent qui se trouve dans le parc.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer