Exclusif

La STM aurait trouvé son nouveau directeur général

Jusqu'en octobre dernier, Denis Andlauer était le patron de... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jusqu'en octobre dernier, Denis Andlauer était le patron de Keolis Canada, propriétaire des autobus Orléans.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Six mois après avoir congédié son directeur général, la Société de transport de Montréal (STM) n'a pas officiellement complété le long processus d'embauche d'un remplaçant. Il semble toutefois qu'un candidat soit déjà en tête pour devenir le porteur de la nouvelle orientation de la STM, a appris La Presse.

Il s'agirait de Denis Andlauer, un défenseur de la privatisation de l'exploitation des réseaux de transport en commun. M. Andlauer a développé sa vision à travers plus de 30 ans d'une carrière liée aux transports collectifs.

Jusqu'en octobre dernier, il était le patron de Keolis Canada, qui est le propriétaire des autobus Orléans. Depuis, il offre ses services comme conseiller en gestion sous la bannière de DA conseils stratégiques.

M. Andlauer a dirigé l'exploitation du métro de Lyon pour le géant Keolis qui exploite 90 réseaux de transport urbain à travers le monde et qui est contrôlé à 30% par la Caisse de dépôt et placement du Québec. En 2002, il a traversé l'Atlantique et a été embauché par le Réseau de transport de la Capitale (RTC), à Québec. Il en a dirigé l'entretien, puis les opérations.

En selle pour l'automne

À la STM, on insiste pour dire que le choix d'un nouveau directeur général n'est pas arrêté. Tout au plus précise-t-on que le comité de sélection doit se réunir dans les prochains jours.

Selon les informations obtenues par La Presse, la candidature de M. Andlauer doit être entérinée lors de l'assemblée du conseil d'administration du 8 juillet prochain, car il s'agit de la dernière séance avant l'automne. Dans les faits, la décision doit passer par l'hôtel de ville de Montréal, où l'on souhaiterait que le prochain directeur général de la STM soit en selle pour faire face aux changements profonds des structures de transport en commun proposé par le gouvernement du Québec. Le dossier sera à l'ordre du jour cet automne.

La vision de M. Andlauer semble cadrer avec les modifications gouvernementales à venir. Le ministre des Transports, Robert Poëti, souhaite revoir de fond en comble les rôles de planification et d'exploitation dans le milieu du transport.

En avril 2014, M. Andlauer accordait une entrevue à L'actualité dans laquelle il soulignait l'importance de revoir la gestion traditionnelle des activités de transport collectif et d'opter pour la privatisation de ce service public. «Qu'elle plaise ou non, cette privatisation semble inéluctable pour optimiser les services», disait-il.

Long processus de sélection

Le processus de sélection d'un directeur général de la STM a été provoqué par le congédiement, en décembre dernier, de Carl Desrosiers. Cette décision politique a créé une certaine tourmente puisque les compétences de M. Desrosiers faisaient l'unanimité tant à la STM que dans le réseau international des transports.

Le président du conseil d'administration de la STM, Philippe Schnobb, avait alors expliqué qu'un changement d'orientation était nécessaire. S'est alors enclenché le processus pour dénicher cette personne au «regard neuf» que souhaitait la STM. Mais rapidement, l'appel de candidatures a été infructueux.

La STM a alors choisi de faire appel à la firme de chasseurs de têtes Odgers Berntson (un contrat d'un peu moins de 100 000$). «Je constate qu'il y a des limites à ce que le processus soit rapide. Mais on ne passera pas six mois à chercher», avait alors commenté Philippe Schnobb.

Il a été impossible de joindre M. Andlauer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer