Saint-Laurent aura ses guirlandes

L'installation des guirlandes devant prendre 24 heures, celles-ci... (Image fournie par la Société de développement du boulevard Saint-Laurent)

Agrandir

L'installation des guirlandes devant prendre 24 heures, celles-ci devraient être fin prêtes dans la deuxième semaine de décembre et recouvrir le tronçon entre les rues Sherbrooke et Mont-Royal.

Image fournie par la Société de développement du boulevard Saint-Laurent

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Après les embuches, la voie rapide. Le boulevard Saint-Laurent devrait finalement être couvert d'ici Noël de guirlandes lumineuses, projet que la Ville de Montréal avait initialement refusé.

À la clôture de l'événement Je Vois Mtl, le maire Denis Coderre est brièvement revenu sur la controverse suscitée par un article de La Presse sur le refus formulé par Montréal à un projet d'installer des guirlandes au-dessus du boulevard Saint-Laurent. «Il va y en avoir cette année, c'est réglé», a lancé le premier magistrat de la Ville.

«Depuis ce matin, c'est faisable», a confirmé à La Presse Glenn Castanheira, directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du boulevard Saint-Laurent.

Celui-ci dit avoir trouvé hier matin un fournisseur prêt à livrer en moins de 15 jours les 2,5 kilomètres de guirlandes serties de quelque 4000 lumières nécessaires au projet.

«Dès que j'ai mes permis en main, on passe la commande. Je ne peux pas commander pour 100 000$ d'équipement sans avoir les permis», souligne Glenn Castanheira, qui rappelle que le projet est entièrement financé par les commerçants.

L'arrondissement du Plateau-Mont-Royal doit encore donner son feu vert final, mais la SDC pense recevoir l'autorisation d'ici la fin de la semaine. Glenn Castanheira se montre confiant, des discussions ayant eu lieu avec des hauts fonctionnaires de Montréal.  

L'installation des guirlandes devant prendre 24 heures, celles-ci devraient être fin prêtes dans la deuxième semaine de décembre et recouvrir le tronçon entre les rues Sherbrooke et Mont-Royal.

Pour accélérer le processus, la SDC a demandé une autorisation temporaire et non permanente comme prévu au départ. Elle s'est ainsi engagée à enlever ses guirlandes au printemps. «Mais on espère que le public va aimer et vouloir les garder», dit Glenn Castanheira.

Le directeur général de la SDC croit maintenant que la controverse suscitée par les difficultés rencontrées par son projet aidera les prochains promoteurs d'idées inusitées. «Les futurs projets ne devraient pas avoir autant de barrières à surmonter.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer