Nouveau pont sur le fleuve: Maurice Richard déloge Champlain

Otawa souhaite annoncer le nom du nouveau pont... (PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA)

Agrandir

Otawa souhaite annoncer le nom du nouveau pont le 9 décembre - un rappel du numéro que portait le Rocket.

PHOTO FOURNIE PAR INFRASTRUCTURE CANADA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Infoman arrivera trop tard avec son concours pour trouver un nom au nouveau pont sur le Saint-Laurent. Le gouvernement fédéral a tranché: l'ouvrage immortalisera Maurice Richard, la légende du Canadien de Montréal.

Depuis près de deux ans, le ministre fédéral Denis Lebel poussait dans cette direction, même si certains à Ottawa avaient d'autres vues, a appris La Presse. L'ouvrage aurait pu souligner la contribution de Jeanne Mance à la naissance de la métropole. Mais, probablement à partir de groupes cibles, on a opté pour Maurice Richard, «qui ressortait nettement», confie-t-on. Clin d'oeil aux fans, on souhaite annoncer ce choix le 9 décembre - un rappel du numéro que portait le Rocket.

Dans un reportage de La Presse, en 2012, le ministre Lebel avait déjà évoqué ce nom, et souligné que le regretté hockeyeur se démarquait nettement parmi toutes les suggestions soumises par les Québécois. «Les gens nous disent que c'est un digne représentant du Québec qui faisait l'unanimité», avait dit M. Lebel à l'époque. L'année précédente, Stéphane Laporte avait, le premier lancé, l'idée, dans une chronique de La Presse.

Au cabinet du premier ministre Stephen Harper, comme à celui du ministre Denis Lebel, on restait évasif vendredi. «Aucune décision de prise à cet égard» résume-t-on.

«Le vent qui patine»

Le seul nom de Richard a une puissante valeur symbolique. Félix Leclerc, le barde national, avait dit de lui: «C'est le vent qui patine. C'est tout le Québec debout!» À son décès en mai 2000, on lui avait accordé des funérailles d'État, un rarissime honneur réservé aux personnes ayant profondément marqué la société québécoise. Ses obsèques avaient eu lieu à la basilique Notre-Dame, après qu'il eut été exposé en chapelle ardente, 15 heures durant, sur la glace du Centre Molson. On estima que 115 000 amis, connaissances et surtout amateurs de hockey ont défilé pour lui rendre un dernier hommage.

Maurice Richard, le fils aîné du Rocket, a entendu des rumeurs sur un pont nommé en mémoire de son père. «Un haut-placé m'en a parlé, mais ce n'est pas quelqu'un du gouvernement», disait-il vendredi. Mais les critiques de certains historiens rappelant le rôle de Champlain dans l'histoire du Québec font hésiter la famille qui ne voudrait pas que le nom de leur père alimente une controverse, lui qui avait horreur de ce genre de chose. «C'est la crainte qu'on a», dit-il.

Henri Dorion, qui a fait trois mandats, plus de 12 ans, à la tête de la Commission de toponymie du Québec, n'a pas été consulté, mais a entendu parler du projet. Il juge toutefois inapproprié le choix que se prépare à annoncer Ottawa. Si l'ancien pont Champlain est démoli, comme il est prévu, pourquoi ne pas transférer le nom au nouvel ouvrage? se demande-t-il. «On ne change pas le nom pour le plaisir, il est inscrit dans des milliers de documents, de contrats, d'ouvrages», dira le responsable de l'ouvrage Noms et lieux du Québec.

«Donner le nom d'un ouvrage d'une telle importance à un joueur de hockey, je n'en reviens pas. C'est comme dire que Maurice Richard est aussi important que Champlain. Il ne faut pas mélanger les choses, M. Richard a été un personnage important dans son domaine, je ne veux pas minimiser sa contribution dans le sport, mais selon moi, ce n'est absolument pas approprié pour un élément aussi important du paysage», poursuit M. Dorion.

Champlain oublié?

«Je ne trouve pas qu'un pont ait un lien avec le hockey. Champlain a remonté le fleuve Saint-Laurent, fondé des villes, visité Montréal, on est loin du hockey!»

Le nom d'un ancien politicien pose toujours problème; il y a des controverses, l'aéroport Pierre-Elliott-Trudeau a fait grincer des dents dans les milieux nationalistes. «Mais ces noms finissent par passer», observe-t-il.

En toponymie, il n'y a pas de règles strictes, de laps de temps entre la mort d'un personnage et l'attribution de son nom, mais il est bon qu'il y ait un lien entre la personnalité et le lieu. Le nom de Claude Béchard, le ministre libéral mort prématurément du cancer, pour une nouvelle autoroute dans son coin de pays, peut se justifier facilement, donne le spécialiste à titre d'exemple.

- Avec Joël-Denis Bellavance et Alain de Repentigny

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer