Quatre offres sérieuses pour Bixi à l'international

Le syndic à la faillite de Bixi, Richter, a reçu quatre offres sérieuses pour... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le syndic à la faillite de Bixi, Richter, a reçu quatre offres sérieuses pour le volet international de l'entreprise, a indiqué en cour Raymond Massi, le représentant du syndic.

Aucune entente n'a toutefois pu être conclue avant l'échéance fixée par le tribunal (aujourd'hui). Le syndic a donc demandé - et obtenu du tribunal - une prolongation jusqu'au 30 avril pour conclure la vente du volet international de Bixi, nom de commerce utilisé pour l'entreprise Société de vélo en libre-service (SVLS). 

SVLS, rappelons-le, s'est mise sous la protection de la loi sur la faillite le 20 janvier, après que la Ville de Montréal ait manifesté son intention de saisir les actifs de l'entreprise. Depuis, la Ville a indiqué qu'elle poursuivrait l'exploitation du service à Montréal pendant au moins une autre saison, tandis que le syndic cherche des acheteurs pour le volet international. 

Les quatre offres, mises sous scellé à la cour, ont toutes une valeur de 4 millions de dollars ou plus, nous a indiqué Raymond Massi, ce qui est une exigence minimale de la Ville. Selon les informations qui circulent, il y aurait parmi les quatre acheteurs le sous-exploitant américain du concept, Alta Bicycle Shares, de même qu'un homme d'affaires montréalais qui a fait fortune dans l'immobilier.

Les fonds obtenus de la vente serviraient à rembourser la Ville de Montréal, qui a injecté 36,5 millions dans l'aventure. Les créanciers ordinaires, à qui SVLS doit environ 6,0 millions, ne toucheront rien. Certains créanciers contestent toutefois la validité des droits de la Ville sur l'ensemble de l'actif de l'entreprise. 

Les offrants n'ont pas donné de garanties précises sur le maintien des emplois à Montréal. Le chef de la restructuration de SVLS, Dominic Deveaux, nous indique néanmoins que la nouvelle société à but non lucratif de la Ville de Montréal, Bixi-Montréal, conserverait une vingtaine d'emplois, tandis que le volet international pourrait être exploité avec une quarantaine d'employés, incluant le centre d'appel.

Les parties seront de retour devant le tribunal le 14 avril.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer