La police se penche sur une plainte contre Projet Montréal

Luc Ferrandez (à gauche) et le chef de... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Luc Ferrandez (à gauche) et le chef de Projet Montréal Richard Bergeron.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La police de Montréal a entrepris des vérifications à la suite d'une plainte d'un citoyen contre des élus de Projet Montréal dans le Plateau-Mont-Royal, dont le maire sortant Luc Ferrandez et le chef du parti, Richard Bergeron, pour un présumé détournement de fonds publics de plus de 36 000 $, a appris La Presse.

Le 30 août dernier, l'Escouade de protection de l'intégrité municipale (EPIM) du SPVM a reçu une plainte concernant un stratagème qui aurait permis à Projet Montréal de verser, à deux reprises, une subvention à un organisme qu'il a créé et qu'il contrôle entièrement. Les éléments soumis à l'analyse de l'EPIM «laissent croire très sérieusement à des malversations et un détournement de fonds publics», peut-on lire dans la plainte.

Le SPVM a refusé jeudi de confirmer ou d'infirmer qu'un tel dossier est entre ses mains. Mais selon les informations recueillies auprès de sources policières, l'EPIM prend au sérieux la plainte et a entrepris des vérifications.

En 2012 et 2013, le conseil d'arrondissement du Plateau-Mont-Royal composé de sept élus (Luc Ferrandez, Richard Bergeron, Alex Norris, Josée Duplessis, Carl Boileau, Piper Huggins et Richard Ryan), a décidé à l'unanimité d'accorder une contribution financière à l'organisme Milieu de vie (Plateau-Mont-Royal Milieu de vie). Comme en font foi les procès-verbaux de l'arrondissement, Milieu de vie a d'abord reçu une somme de 31 792 $ puis, l'année suivante, un montant de 4 800 $. L'argent a été versé pour la tenue d'un marché public en période estivale dont l'achat d'un kiosque pour entreposer la marchandise.

Proximité douteuse

Or, l'organisme Plateau-Mont-Royal Milieu de vie est intimement lié au parti Projet Montréal. Lorsque les élus de l'arrondissement octroient la première subvention, le 7 mai 2012, cinq personnes de Milieu de vie sont également des proches du parti politique.

Ainsi, la directrice de cabinet des élus, Christine Gosselin, administre la page Facebook de Milieu de vie. Le président de Projet Montréal, Michel Camus, et le coordonnateur de l'association locale de Projet Montréal dans le Plateau, Pierre Dodin, siègent tous les deux au conseil d'administration de Milieu de vie. L'ancien candidat de Projet Montréal aux élections de 2009, Nicolas Marchildon, ainsi que le militant politique, François Abram, sont aussi des administrateurs de l'organisme.

Le 8 avril 2013, le maire de l'arrondissement, Luc Ferrandez, propose de subventionner Milieu de vie. À ce moment-là, 6 des 7 élus du Plateau sont membres de Projet Montréal; Carl Boileau est alors devenu conseiller indépendant.

Du côté de Milieu de vie, on retrouve toujours les administrateurs Camus, Dodin, Marchildon et Abram. S'ajoutent les militantes et donatrices de Projet Montréal, Linda Vallée, Huguette Loubert et Geneviève Dodin. Cette dernière est la conjointe de Pierre Dodin. Quant à Christine Gosselin, elle est candidate pour le poste de conseillère d'arrondissement pour Projet Montréal dans le district de Jeanne-Mance.

«La vente politique de tomates et de concombres»

Lors de la dernière assemblée publique du conseil d'arrondissement du Plateau, le 9 septembre dernier, une citoyenne et candidate pour Vision Montréal dans le district De Lorimier, Suzanne Craig, a posé une question au maire Ferrandez sur la proximité entre son parti et Milieu de vie. M. Ferrandez a vivement réagi.

«Je pense qu'il y a suffisamment de sujets pour nous critiquer pour ne pas en inventer», a-t-il d'abord répliqué. Puis, il a ajouté que les bénévoles de Milieu de vie sont «extrêmement critiques de notre administration». «C'est pas des amis de Projet Montréal. C'est des gens qui m'envoient, bon an mal an, autant de plaintes que vous sur le fonctionnement du Plateau-Mont-Royal. Enlevez-vous de la tête que c'est une création de Projet Montréal», a-t-il affirmé.

Par la suite, M. Ferrandez a indiqué qu'il était normal que les bénévoles du Milieu de vie pour le marché public soient aussi membres de Projet Montréal puisque «c'est typiquement le genre d'intervention que Projet Montréal aime faire».  Il a ironisé sur «la vente politique de tomates et de concombres».

Contrer la résistance populaire

Plateau-Mont-Royal Milieu de vie a été créé le 10 novembre 2010 alors que la controverse soulevée par la nouvelle politique de stationnement dans l'arrondissement du Plateau battait son plein. Il s'agit d'un organisme à but non lucratif dont l'objectif, selon ce qui est inscrit au Registre des entreprises du gouvernement du Québec, est de défendre les intérêts des citoyens et de «favoriser le bon voisinage dans un contexte de mixité de population et de fonctions».

Au moment d'écrire ces lignes, Projet Montréal a réagi par l'intermédiaire d'un conseiller politique au cabinet du maire Ferrandez. Guillaume Cloutier a indiqué à La Presse que les informations lui semblaient «tirées par les cheveux». «On parle de bénévoles qui vendent à bas prix des fruits et des légumes le dimanche matin. On est loin du groupuscule politique proche de l'Administration du Plateau», a affirmé M. Cloutier.

Ce dernier a ajouté que «dans tous les arrondissements, c'est la même chose». «Des gens du communautaire apprécient les élus et appuient leur travail».

«Ça sent la politique.»

Les hostilités électorales sont la véritable motivation de la plainte logée à la police contre Projet Montréal, croit le conseiller municipal Richard Ryan.

«Ça sent la politique. Sinon, pourquoi vouloir taper sur des bénévoles qui travaillent dans un marché public qui est une réussite», affirme M. Ryan, lui-même un élu de Projet Montréal. «C'est évident que nos adversaires politiques sont derrière ce dossier-là», a-t-il ajouté.

Richard Ryan a réagi aux révélations de La Presse à l'effet que l'Escouade de protection de l'intégrité municipale (EPIM) a entrepris des vérifications pour un présumé détournement de fonds publics. Le travail de la police fait suite à une plainte logée en août dernier. Des liens étroits entre Projet Montréal et l'organisme bénéficiaire de l'aide financière de l'arrondissement soulèveraient des doutes.

La candidate à la mairie de l'arrondissement du Plateau-Mont-Royal pour la Coalition Montréal, Danièle Lorain, demande des éclaircissements et s'inquiète pour la démocratie montréalaise. «C'est pour le moins troublant pour un parti qui se présente sur la place publique comme plus blanc que blanc, totalement transparent et éthique. [...] Les liens entre Projet Montréal et l'organisme semblent tissés très serré. C'est bizarre», a commenté Mme Lorain.

Cette dernière a ajouté que depuis que Projet Montréal dirige le Plateau, «un climat malsain s'est installé avec une polarisation des débats et des antagonismes». «C'est très inquiétant pour la démocratie. Il ne faut pas oublier que Richard Bergeron qui est conseiller sur le Plateau et qui se présente à la mairie de Montréal, et qu'il dit toujours que le Plateau a été un laboratoire pour faire de Montréal, le grand Plateau. Les citoyens sont en droit d'avoir des réponses là-dessus», a soutenu Mme Lorain.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer