Élections municipales: Michel Brûlé présente une équipe éclectique

Le candidat à la mairie de Montréal, Michel... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Le candidat à la mairie de Montréal, Michel Brûlé, du Parti Intégrité Montréal, a présenté 14 candidats, mercredi soir.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Initialement déterminé à faire cavalier seul dans sa conquête de la mairie de Montréal, l'éditeur Michel Brûlé a fait volte-face, fondant un parti et échafaudant une équipe de 15 candidats, présentés mercredi soir. Ceux-ci, issus des milieux professionnels les plus divers, brigueront des mandats dans divers arrondissements, sous la bannière Intégrité Montréal.

Artistes, chauffeurs d'autobus, ingénieurs, cuisinier... la troupe de Michel Brûlé s'avère des plus éclectiques. «Parmi nos candidats, il n'y a pas de gens issus de l'establishment, de ce système de copinage», a insisté l'éditeur. «Ce sont des candidats que j'ai approchés, des gens de terrain. Ce sont un peu des citoyens lambda.»

Interrogé sur le manque d'expérience de son équipe dans la sphère politique, M. Brûlé a tenté de tourner la situation à son avantage. «C'est une bonne chose, ils n'ont pas le mauvais pli que certaines personnes du système pourraient avoir.»

Pour l'instant, deux mairies d'arrondissement sont visées: l'architecte Sabrina d'Avirro sera prétendante à la mairie de Saint-Léonard, tandis que Serge Canuel, chauffeur d'autobus à la STM, lorgne celle de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve. Les autres candidats brigueront des mandats de conseiller dans divers arrondissements à majorité francophone. 

Régime minceur au menu

Le fil conducteur de ce groupe disparate ? L'exigence d'un «Montréal français, intègre et cosmopolite», annonce M. Brûlé, qui dit tendre la main aux anglophones pour bâtir une métropole résolument francophone.

Il fustige également la mauvaise gestion des deniers publics, dont il regrette «la dilapidation», proposant d'y remédier par un régime minceur, par le biais, notamment, de la réduction du nombre d'élus municipaux, qui passerait de 103 à 31. Une simplification de l'appareil administratif et sa centralisation sont également prévues.

Pour contrer les agissements des élus, l'éditeur dit vouloir s'inspirer du modèle allemand.  «Mon premier geste concret consisterait à implanter un système «Big Brother», pour surveiller de près tous les élus. Il est aberrant que le comité exécutif se réunisse à huis clos en ce qui concerne les contrats de 100 000$ et plus.»

Enfin, le candidat à la mairie de Montréal n'a pas hésité à évoquer le controversé projet de Charte des valeurs, à laquelle il se dit favorable.

Michel Brûlé a fondé la maison d'éditions Les Intouchables.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer