Exclusif

Incident suspect: Tremblay sous protection policière

Alors qu'il rentrait chez lui, l'ex-maire se serait... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Alors qu'il rentrait chez lui, l'ex-maire se serait aperçu que quelque chose ne tournait pas rond dans son automobile. Vérification faite, les boulons d'au moins une roue étaient dévissés. La Sûreté du Québec (SQ) prend l'affaire très au sérieux.

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

Partager

L'ex-maire Gérald Tremblay est désormais placé sous protection policière à la suite d'une défaillance mécanique suspecte survenue au cours des derniers jours sur son automobile et qui fait l'objet d'une enquête criminelle, a appris La Presse.

Selon nos informations, corroborées par trois sources confidentielles au courant du dossier, cet incident préoccupant - qui aurait pu avoir de graves conséquences - serait survenu la semaine dernière, à la suite de sa première journée de comparution devant la commission Charbonneau.

Alors qu'il rentrait chez lui, l'ex-maire se serait aperçu que quelque chose ne tournait pas rond dans son automobile. Vérification faite, les boulons d'au moins une roue étaient dévissés.

La Sûreté du Québec (SQ) prend l'affaire très au sérieux.

Les enquêteurs tentent désormais de déterminer s'il s'agit d'un sabotage, d'une défaillance technique ou d'une négligence lors d'un entretien mécanique récent.

L'enquête est menée en grand secret. Le nombre de personnes au courant du dossier est plutôt restreint.

Même si la lumière n'a pas été faite sur cet incident, les autorités policières ont jugé qu'il était plus prudent de confier la sécurité personnelle de Gérald Tremblay au Service de protection des témoins de la Sûreté du Québec. Ce service est aussi connu pour assurer la sécurité des témoins repentis (délateurs), des témoins spéciaux et d'autres collaborateurs de la justice.

Le dispositif est plutôt discret, puisque personne ne semblait l'avoir remarqué, hier, lorsque l'ex-maire a comparu devant la commissaire Charbonneau. Une fois sa courte déclaration achevée, Gérald Tremblay s'est esquivé par un ascenseur privé, loin du regard des médias.

D'autres témoins convoqués dans le passé à la Commission ont bénéficié d'une telle protection rapprochée, notamment Lino Zambito. Plusieurs voitures de police lettrées étaient postées devant son domicile et son restaurant. Toujours à la demande de la SQ, l'entrepreneur était contraint de dormir à l'hôtel entre deux journées d'audience.

L'ampleur de cette protection est toujours confidentielle pour des raisons évidentes de sécurité. Elle est déterminée au cas par cas, à la suite d'une évaluation de la menace.

Menaces et bombes

Lorsqu'il était en fonction, Gérard Tremblay a révélé publiquement avoir reçu des «avertissements». Il semblait craindre les représailles de la mafia infiltrée dans le monde de la construction. L'ex-maire avait d'ailleurs confié au quotidien Le Devoir, en 2009: «J'ai une famille et des enfants. Je ne voudrais pas me ramasser avec des problèmes. J'en ai assez comme ça. Moi, je suis capable de prendre la pression comme individu, comme maire de Montréal, mais je ne peux pas demander à ma famille et à mes enfants de faire la même chose.»

Mais les faits les plus graves s'étaient déroulés le 4 octobre 2005, au cours de la campagne pour les élections municipales. Deux bombes incendiaires avaient été découvertes et désamorcées par les artificiers de la SQ à son chalet de Saint-Hippolyte, où il aime se réfugier. Il y a d'ailleurs passé l'essentiel de son temps depuis sa démission, le 2 novembre dernier.

Aucune information n'a filtré depuis sur cet attentat raté. Huit ans plus tard, les commanditaires de ce geste criminel et leurs motivations demeurent toujours inconnus.

Ni les procureurs de la Commission ni les deux commissaires n'ont questionné Gérald Tremblay à ce sujet.

La SQ, chargée du dossier, et le Service de police de la Ville de Montréal n'ont pas voulu commenter les faits survenus au cours des derniers jours, en raison de l'enquête en cours et de la sensibilité du dossier. Le porte-parole de la Commission n'a pas rappelé La Presse.

- Avec la collaboration de Pierre-André Normandin

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Yves Boisvert | Triste fin pour Gérald Tremblay

    Yves Boisvert

    Triste fin pour Gérald Tremblay

    Gérald Tremblay en a fini, et c'est mieux ainsi. Le spectacle débilitant de ce moine marchant en aveugle au pays des méchants était franchement... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer