Exclusif

Nette baisse des tentatives de suicide dans le métro

L'an dernier, 12 personnes ont tenté de se... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

L'an dernier, 12 personnes ont tenté de se suicider en se jetant devant une rame du métro de Montréal, comparativement à 32 en 2005.

Photo Robert Skinner, La Presse

Le nombre de tentatives de suicide a baissé de moitié dans le métro de Montréal au cours des 10 dernières années. Il s'agit d'une diminution nettement supérieure à celle du taux de suicide au Québec.

Le sujet est éminemment tabou. À la Société de transport de Montréal (STM), on en parle du bout des lèvres, de peur d'entraîner un effet domino. Mais malgré l'omerta, le suicide est un fléau bien réel sur les rails souterrains de la métropole. Plusieurs fois par année, la voix féminine du métro de Montréal annonce une interruption de service après qu'une personne s'est jetée devant une rame. Des données obtenues par La Presse grâce à la Loi sur l'accès à l'information révèlent que ces cas sont toutefois en nette diminution.

En 2002, 28 personnes se sont lancées dans le vide au passage d'une rame, ce qui a entraîné chaque fois une longue et délicate intervention des services d'urgence. Ce nombre a grimpé jusqu'à 32 en 2005, avant de chuter de manière assez constante jusqu'à 12 l'an dernier. Pourquoi?

Des initiatives payantes

Bien sûr, le suicide est en baisse de manière générale au Québec. Mais, en 10 ans, la diminution ne serait de l'ordre que de 4%, selon le plus récent rapport de l'Institut national de santé publique du Qué­bec. Il y a donc autre chose.

«Nous avons fait beaucoup d'efforts de prévention dans les dernières années, dit Odile Paradis, directrice des affaires publiques à la STM. On ne peut pas dire avec certitude que c'est ce qui a fait la différence, mais on ose le croire.»

Depuis 10 ans, les employés du métro reçoivent tous une formation afin de les aider à repérer une personne en détresse et à intervenir auprès d'elle. «On leur demande d'être vigilants et de signaler les comportements évasifs ou les gens qui ont de la peine ou qui semblent désespérés. On leur a donné des critères pour les aider», dit Mme Paradis.

Un coroner qui a enquêté sur le problème il y a quelques années a aussi salué l'installation de caméras de surveillance dans les tunnels et le réseau de téléphones d'urgence sur les quais, qui permettent notamment aux employés et aux usagers de signaler la présence d'une personne en détresse.

Notons que près des deux tiers des personnes qui se jettent devant une rame de métro n'en meurent pas, selon plusieurs études. Elles s'en sortent avec des blessures graves qui les laissent souvent avec un handicap permanent.

-

Avec la collaboration de William Leclerc

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer