Pistes cyclables : oui aux fauteuils roulants, non aux scooters

Montréal veut sortir les scooters des pistes cyclables,... (Photo: Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Montréal veut sortir les scooters des pistes cyclables, et y autoriser les fauteuils roulants motorisés.

Photo: Ivanoh Demers, La Presse

Karim Benessaieh
La Presse

Montréal veut sortir les scooters des pistes cyclables, et y autoriser les fauteuils roulants motorisés. Les cyclistes pourraient avoir accès aux voies réservées et rouler à contresens dans certaines rues, selon l'annonce faite ce jeudi matin par Michel Bissonnet, responsable du transport au comité exécutif.

La plupart des décisions annoncées sont cependant conditionnelles à des changements législatifs que la Ville de Montréal demande aux gouvernements provincial et fédéral. Quant aux fauteuils roulants motorisés, définis comme des «aides à la mobilité motorisée», on compte sur un projet pilote de l'Institut national de la santé publique (INSPQ) pour définir la réglementation qui entourera leur présence.

«Nous sommes enclins à autoriser les AMM, les bicyclettes à assistance électrique et les patins à roues alignées, a résumé en point de presse M. Bissonnet. Pour les AMM, ce préjugé favorable nécessite certains ajustements législatifs.»

Lettre envoyée aux ministres

Le comité exécutif a en fait endossé mercredi la majorité des 15 recommandations adoptées en mars dernier par une commission permanente. Dans bien des cas, elles ont cependant été tempérées par une obligation d'analyser leur portée, et de les implanter de façon graduelle. Ainsi, pour expulser des pistes cyclables les scooters, plus gros, plus rapides et qui ne nécessitent pas de force musculaire pour avancer, Ottawa et Québec doivent modifier leurs règlements pour les distinguer des simples vélos à assistance électrique. Une lettre en ce sens a été envoyée jeudi matin, a précisé M. Bissonnet.

Quant aux AMM, on veut attendre les résultats d'un projet pilote qui sera mené sous peu par l'INSPQ à la grandeur du Québec. Six mois après leur publication, la Ville de Montréal modifiera ses règlements en conséquence.

Ces fauteuils roulants motorisés bénéficient actuellement d'un vide juridique, «une zone grise» qui leur permet de circuler sur les pistes cyclables, a précisé Michel Bédard, de la Direction des transports de la Ville de Montréal.

«Double sens cyclables» à venir

Le comité exécutif a en outre refusé d'exclure de façon systématique les pistes cyclables dans les parcs, comme le demandait la commission permanente. Si on reconnaît «la nécessité d'éviter les conflits potentiels entre les usagers des parcs», on estime que, parfois, «l'option la plus intéressante pour l'aménagement d'une piste cyclable demeure le parc».

Quant à la circulation à contresens, la Ville a décidé d'implanter à certains endroits des «doubles sens cyclables», comme il en existe déjà, et «n'écarte pas la possibilité d'en implanter d'autres».

L'administration Tremblay fait par ailleurs l'aveu qu'il est «peu probable» qu'on atteigne l'objectif de 400 nouveaux kilomètres de voies cyclables d'ici 2015, tel qu'annoncé dans le Plan de transport. «Le niveau de complexité des nouveaux aménagements cyclables à réaliser et leur coût élevé expliquent en grande partie l'impossibilité d'atteindre cet objectif», précise-t-on dans le document rédigé par la Ville.

Une «minorité» à accommoder

L'annonce du comité exécutif a été plutôt bien accueillie par les deux partis de l'opposition, qui se sont réjouis que leurs recommandations principales aient été retenues. Alex Norris, de Projet Montréal, se dit toutefois «déçu» que la Ville baisse les bras en ce qui concerne les 400 nouveaux kilomètres de voies cyclables.

Il croit en outre que la Ville aurait pu se montrer «plus proactive» en ce qui concerne l'autorisation des fauteuils roulants motorisés. «C'est une minorité minuscule d'usagers qu'on aurait pu accommoder tout de suite.»

Le comité exécutif aurait pu agir de façon «plus vigoureuse» pour sortir les pistes cyclables des parcs, croit-il. «Ça génère des conflits et réduit la qualité de vie des usagers», plaide le conseiller du Plateau-Mont-Royal. Il note également que ces pistes, qu'on ne peut saler l'hiver, empêchent la création d'un réseau cyclable hivernal.

Quant à Elsie Lefebvre, de Vision Montréal, elle a notamment dénoncé le fait qu'aucun appui financier concret n'ait été annoncé. «Il y a manifestement une volonté d'agir rapidement, mais on fait un constat d'échec pour les 400 km de nouvelles pistes. Avec des moyens, ça aurait pourtant été possible.»

Montréal à vélo

160 km

Pistes cyclables sur l'île de Montréal en 1984

535 km

Réseau cyclable montréalais en 2011

52%

Plus de la moitié de la population de 17 à 74 ans à Montréal, soit 731 000 personnes, utilise un vélo.

40%

Hausse de l'utilisation des pistes cyclables entre 2008 et 2010

9235

Nombre maximal de cyclistes recensés en une journée, en juillet 2010, à l'intersection la plus fréquentée à Montréal, rues De Brébeuf et Rachel.

Source : Ville de Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer