Échangeur Turcot: un projet réduit est proposé

Le nouvel échangeur, plus petit, serait amputé du... (PHOTO: MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le nouvel échangeur, plus petit, serait amputé du tiers de ses 12 bretelles actuelles et de 8 des 18 voies. Le débit quotidien de circulation, qui atteint actuellement près de 290 000 véhicules par jour, serait réduit à 180 000.

PHOTO: MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Bruno Bisson
Bruno Bisson
La Presse

Un projet de reconstruction de l'échangeur Turcot, très différent de celui proposé par le ministère des Transports du Québec (MTQ), a recueilli hier des appuis de nombreux groupes et organismes publics et privés, qui ont invité le gouvernement et la Ville de Montréal à «innover» pour réduire les nuisances dues à la circulation.

Au cours d'une conférence organisée par le Forum Urba-2015 du département d'études urbaines et touristiques de l'UQAM, hier, Pierre Gauthier a présenté les grandes lignes du projet Turcot 375, dont il est l'un des concepteurs.

 

Le nouvel échangeur, plus petit, serait amputé du tiers de ses 12 bretelles actuelles et de 8 des 18 voies. Le débit quotidien de circulation, qui atteint actuellement près de 290 000 véhicules par jour, serait réduit à 180 000.

Les transports collectifs seraient bonifiés par l'ajout de deux lignes de tramway en provenance de LaSalle et de Lachine vers le centre-ville par la rue Notre-Dame et par la réfection des voies ferrées pour les trains de banlieue. Les concepteurs comptent aussi sur l'implantation d'une navette ferroviaire entre le centre-ville et l'aéroport Montréal-Trudeau.

Le boulevard Cavendish serait prolongé jusque dans l'arrondissement de LaSalle pour faciliter les déplacements locaux, qui seraient détournés des voies autoroutières de l'échangeur. La capacité de l'échangeur serait suffisante, disent ses concepteurs, pour maintenir le débit actuel de transit.

Parc de 75 hectares

Par ailleurs, on propose de créer un parc de 75 hectares (le tiers de la superficie du parc du Mont-Royal) au pied de la falaise Saint-Jacques.

«C'est une façon différente de penser la ville, a expliqué l'architecte Pierre Brisset, qui a conçu le projet avec M. Gauthier. Il faut arrêter de construire des autoroutes en milieu urbain. Il faut rediscuter de la capacité routière, il faut parler du transfert modal de l'automobile vers les transports en commun. Et il faut que le projet s'intègre au milieu urbain, pour favoriser son développement.»

La Direction de santé publique de Montréal, le Regroupement économique et social du Sud-Ouest (RESO), le Réseau des ingénieurs du Québec, le Conseil régional de l'environnement de Montréal et une coalition d'organismes sociaux et communautaires, Mobilisation Turcot, ont exprimé hier leur appui à ce projet de préférence à celui du MTQ.

Plus de 40 ans

Inauguré en 1967 pour l'Expo, l'échangeur Turcot relie entre elles et avec les quartiers périphériques les autoroutes Décarie (A-15), du Souvenir (A-20) et Ville-Marie (A-720), dans le sud-ouest de Montréal.

Traversé par près de 290 000 véhicules par jour, cet immense échangeur compte 18 voies réparties dans 12 bretelles surélevées qui longent les quartiers de Saint-Henri, Côte-Saint-Paul, Verdun, LaSalle et Notre-Dame-de-Grâce ainsi que la ville de Westmount.

L'an dernier, le MTQ a proposé de reconstruire l'échangeur sur des remblais (et non en hauteur). Il conserverait le même nombre de voies et de bretelles et le même débit de circulation à son inauguration, prévue pour 2017.

Rejeté par les villes de Montréal et de Westmount, par les arrondissements voisins et par une immense majorité des résidants et des organismes de tous les milieux dans le Sud-Ouest, le projet du MTQ a été sévèrement critiqué par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), qui a invité le MTQ à refaire ses devoirs en collaboration avec la Ville de Montréal.

Depuis, le MTQ et la Ville de Montréal mobilisent les services d'une armée de spécialistes pour tenter de s'entendre sur un nouveau plan, dont la nature et la forme restent, pour le moment, secrètes. La reconstruction de l'échangeur Turcot devrait durer sept ans et coûter près de 2 milliards de dollars.

Pour en savoir plus: www.cremtl.qc.ca/turcot

* * *

PROJET TURCOT 375

Réduction de la taille de l'échangeur ;

> 8 bretelles au lieu de 12 ;

> 10 voies au lieu de 18 ;

> Réduction de la circulation de 40% (de 290 000 à 180 000 véhicules par jour) ;

> Élimination de 60 000 véhicules/jour grâce aux transports en commun;

> Élimination de 50 000 véhicules/jour par redistribution sur le réseau artériel ;

> Création de deux lignes de tramway entre le centre-ville et les arrondissements de LaSalle et Lachine ;

> Maintien intégral de la circulation de transit vers le pont Champlain ;

> Transformation des autoroutes A-20 et A-720 en voies express réduites ;

> Prolongement du boulevard Cavendish entre Notre-Dame-de-Grâce et LaSalle ;

> Création d'un parc urbain de 75 hectares au pied de la falaise Saint-Jacques ;

> Concepteurs : Pierre Gauthier, professeur d'urbanisme à l'Université Concordia, et Pierre Brisset, architecte, Groupe en recherche urbaine Hochelaga-Maisonneuve.

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer