Un ami de longue date de Raynald Desjardins échappe à un procès

Alain Charron était tout sourire lorsqu'il est sorti... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Alain Charron était tout sourire lorsqu'il est sorti de la salle d'audience aujourd'hui

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Alain Charron, 69 ans, ancien membre du Clan Dubois et proche du caïd Raynald Desjardins, faisait face à deux procès ; il vient de s'en éviter un.

Raynald Desjardins (à gauche) discute avec Alain Charron... (Photo archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Raynald Desjardins (à gauche) discute avec Alain Charron lorsque les deux hommes sont croqués sur le vif par un enquêteur de la GRC durant l'enquête Célibataire.

Photo archives La Presse

Louis Nagy lors de son arrivée à la... - image 1.1

Agrandir

Louis Nagy lors de son arrivée à la salle de réception du mariage de la fille de Raynald Desjardins, le premier octobre 2011.

Après avoir entendu une partie de la preuve durant l'enquête préliminaire de Charron, qui était accusé de complot à la suite d'une enquête de la Gendarmerie Royale du Canada sur un important projet d'importation de drogues, le juge Salvatore Mascia de la Cour du Québec a statué mardi après-midi que la preuve était insuffisante contre le sexagénaire et l'a libéré.

En revanche, le magistrat a cité à procès tous ses présumés complices, Louis Nagy, Robert Bryant, Dean Copkov, Marco Milan, Steven Woods et Savath Yi Thong, qui sont eux aussi accusés de complot.

Charron et les autres ont été arrêtés en juin 2013 dans une enquête baptisée Célibataire, par laquelle la GRC disait avoir éventé un complot ourdi en 2011 et 2012 et visant à importer au Canada des tonnes de cocaïne et de haschich provenant respectivement du Pérou et du Pakistan. Aucune drogue n'a toutefois été saisie. La preuve est circonstancielle. Un interdit de publication nous empêche cependant de révéler les parties qui ont été exposées devant les tribunaux jusqu'à maintenant.

Charron est toutefois toujours accusé à la suite d'une autre enquête de la GRC, baptisée Celsius, menée en 2012 et qui concerne un projet d'importation de 15 tonnes de résine de cannabis. Charron est accusé de complot pour importation, importation de résine de cannabis et possession de résine de cannabis dans un but de trafic, et lui et d'autres présumés complices doivent, en principe, subir leur procès devant jury en avril 2018.

Rencontre au sommet

Alain Charron est très proche du caïd Raynald Desjardins, acteur important de la mafia montréalaise qui purge actuellement une peine de 14 ans de pénitencier pour le meurtre de l'aspirant parrain Salvatore Montagna commis en novembre 2011 à Charlemagne.

Durant l'enquête Célibataire, les deux hommes ont d'ailleurs été vus par la filature de la GRC en train de discuter, près de la rue Bombardier, à Montréal.

Charron, et un autre de ses ex-complices dans le projet Célibataire, Louis Nagy, étaient au nombre des invités de la réception du mariage de la fille de Raynald Desjardins qui s'est tenu au club de golf Le Mirage à Terrebonne le premier octobre 2011. Charron et sa conjointe avaient donné 1000$ aux nouveaux mariés, selon des rapports de la GRC déposés en cour dans la cause de Raynald Desjardins.

Vieux routier

Alain Charron a commencé sa carrière criminelle au sein du clan Dubois, durant les années 1970. Il a notamment été accusé dans certains dossiers en compagnie de Donald Lavoie, tueur à gages du Clan Dubois devenu ensuite délateur.

Au début des années 1990, il a été arrêté dans une affaire d'importation de 53 tonnes de haschich saisies dans les Maritimes en compagnie de plusieurs individus, dont Emery Martin, membre des Hells Angels, et a été condamné à cinq ans de pénitencier et 75 000 $ d'amende. Il a aussi été emprisonné aux États-Unis pour une affaire de 45 kilos de cocaïne découverts dans la région de Buffalo.

Au fil des décennies, Alain Charron aurait tissé des liens solides avec les chefs de grandes organisations criminelles au Québec. Il a déjà gagné 136 000 $ à la loterie.

Pour joindre Daniel Renaud, composez le (514) 285-7000, poste 4918, écrivez à drenaud@lapresse.ca ou écrivez à l'adresse postale de La Presse. 




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer