Accusé de meurtre, Ahmad Nehme plaide la non-responsabilité criminelle

Ahmad Nehme est accusé du meurtre prémédité de... (Photo fournie par le SPVM)

Agrandir

Ahmad Nehme est accusé du meurtre prémédité de sa femme, Catherine de Boucherville.

Photo fournie par le SPVM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelques heures avant de tuer violemment Catherine de Boucherville d'une quinzaine de coups de couteau, Ahmad Nehme était « terrifié » par les menaces lancées par sa femme. C'est parce qu'il était un « obstacle à sa liberté » qu'elle et son amant cherchaient à le tuer, selon Ahmad Nehme, qui a présenté hier une défense de non-responsabilité criminelle.

« Je sentais que c'était la fin de ma vie. Je voulais parler [à ma femme] pour essayer de l'arrêter, mais je ne voulais pas aller à la police pour aggraver la situation. J'avais tellement peur », s'est remémoré Ahmad Nehme. Premier témoin de la défense à son procès pour meurtre prémédité, l'homme de 53 ans a témoigné d'une voix basse et d'un ton neutre. Certaines parties de son témoignage étaient parfois inaudibles.

« Je n'ai jamais fait de mal à personne », s'est-il défendu. Ahmad Nehme n'était pas en mesure de distinguer le bien du mal en raison de ses troubles mentaux au moment de tuer sa femme, a plaidé son avocat, Giuseppe Battista, hier matin. « L'irréparable a été fait le 5 juillet 2012, personne ne dit le contraire. C'est bien Ahmad Nehme qui a causé le décès de Catherine de Boucherville. Mais son état d'esprit au moment des évènements est déterminant », a-t-il affirmé.

Encore aujourd'hui, Ahmad Nehme croit « fortement » que sa femme voulait le tuer en juillet 2012 et qu'elle le trompait avec James, un client de son commerce. « James avait l'intention de me liquider, de prendre mes biens et de se débarrasser de moi pour toujours », a-t-il assuré en contre-interrogatoire.

Quelques semaines avant le meurtre, Ahmad Nehme a remarqué des changements chez sa femme. Lorsqu'il l'a confrontée avec ses soupçons, elle lui a annoncé qu'elle voulait se séparer. « J'étais surpris. Ç'a été dur, mais je l'ai accepté quand même, je n'avais plus confiance en elle », a-t-il dit. Au cours de leur relation de deux décennies, Catherine de Boucherville l'avait déjà trompé à deux reprises avec des hommes en 2001 et en 2006, a-t-il témoigné. Chaque fois, Ahmed Nehme était tombé dans un profond état dépressif.

Dans des circonstances floues, Catherine de Boucherville l'a ensuite menacé. Ahmad Nehme a pris ça très au sérieux. « Je m'inquiétais pour ma vie. Je cherchais quelque chose pour me défendre, je faisais face à une situation dangereuse », a-t-il témoigné. Il a commencé à porter un couteau de chasse pour se « sentir en sécurité ». Quelque temps plus tard, il a eu une altercation avec James devant son commerce. Il a appelé la police, mais n'a pas déposé de plainte. « J'avais peur, il pouvait se venger », a-t-il dit.

La veille du meurtre, Catherine de Boucherville lui a lancé deux phrases lourdes de sens : « Ça peut t'arriver n'importe quand » et « Tu ne sais pas de quoi je suis capable ». Il était terrorisé. Cette nuit-là, il s'est réfugié dans son commerce, mais un homme a tenté d'y entrer. Il s'est caché au fond du magasin. « Je pensais mourir cette nuit-là. J'ai fait mon testament. J'avais le sentiment que James allait me tuer », a-t-il maintenu.

Il est rentré chez lui, terrifié, pour discuter avec sa femme. Ses souvenirs s'assombrissent sur ces minutes fatales. Soudain, il a entendu crier son nom, ouvert les yeux et vu sa femme, ensanglantée. « Elle était en train de tomber, je l'ai prise dans mes bras. Je ne voyais plus rien devant moi », a-t-il dit.

Pendant son témoignage, Ahmad Nehme a dépeint un portrait complètement différent de la vie familiale que celui fait par sa fille, Dania. Celle-ci a raconté au procès avoir vécu « l'enfer » toute son enfance, sous le joug d'un père intimidant et ultra-contrôlant. La jeune femme a soutenu que son père avait menacé de « briser tous les os » de sa mère, deux semaines avant le meurtre.

« Dania est une menteuse, je n'ai pas élevé d'enfant menteur », a tranché Ahmad Nehme, en contre-interrogatoire. Selon lui, sa fille a été « manipulée » pour raconter de tels « mensonges ». « Je ne suis pas comme ça », assure-t-il. Dania n'est peut-être même pas sa véritable fille, a-t-il ajouté.

La médiatisation du procès est lourde de conséquences pour l'accusé. Pour sa sécurité, les agents correctionnels l'ont placé en protection. « Je ne sors presque jamais », s'est-il plaint. Il consomme des antidépresseurs et des antipsychotiques, a-t-on aussi appris hier. Un psychiatre et son médecin traitant viendront témoigner pour la défense, de même que James et son frère Mohamed. Son contre-interrogatoire se poursuit aujourd'hui.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer