Randy Tshilumba s'est caché sept heures dans le Tim Hortons

Randy Tshilumba, à la sortie du supermarché Maxi... (Capture d'écran d'une vidéo présentée au jury)

Agrandir

Randy Tshilumba, à la sortie du supermarché Maxi du boulevard Crémazie.

Capture d'écran d'une vidéo présentée au jury

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« Je n'aurais jamais pu parier qu'il venait de commettre un meurtre au Maxi! », a répété Brendan St-Louis à la barre des témoins. Le jeune employé du Tim Hortons a discuté avec un Randy Tshilumba qui avait «toute sa tête» la nuit du meurtre de Clémence Beaulieu-Patry, sans savoir qu'il se terrait depuis sept heures dans les toilettes des femmes d'un Tim Hortons rempli de policiers à sa recherche.

Clémence Beaulieu-Patry lutte pour sa vie, poignardée quatorze fois. Randy Tshilumba court dans le supermarché Maxi. Il est 20h35. Près de la sortie, Asfaq Mohamed Abdul range ses emplettes. Il entend crier : «Arrêtez-le! Arrêtez-le!». Sans hésiter, il part aux trousses de Tshilumba, mais s'arrête au boulevard Crémazie. «Il essayait de dissimuler un couteau tout en courant», a raconté un autre témoin de la scène, Omar Bouktrane, hier au quatrième jour du procès pour meurtre prémédité.

À 20h38, Randy Tshilumba entre dans le restaurant Tim Hortons, situé tout près. Il se rend dans les toilettes des hommes, mais change rapidement pour celles des femmes. Il y restera pendant sept heures. Vers 2h15 du matin, l'employé Brendan St-Louis réalise qu'une personne se trouve dans la cabine. «La nuit, il y a souvent des sans-abris ou des alcooliques. C'est pour ça que je n'ai pas insisté», a-t-il témoigné. 

Vers 3h30, une cliente l'alerte qu'un homme se trouve dans les toilettes. Au même moment, Randy Tshilumba s'approche vers eux. «Ça me semblait une personne normale. Je ne savais pas que c'était le meurtrier !», a assuréBrendan St-Louis. Ce dernier demande à l'homme ce qu'il fait là. «Ce n'est pas de vos affaires», lance Randy Tshilumba, en s'adressant à la cliente, furieuse. Un autre employé du Tim Hortons, Mohamed Riad, lui demande pourquoi il se trouvait là. Tshilumba rétorque que les toilettes des hommes étaient occupées. «Il était super gentil! », a-t-il témoigné. 

Plus de trois heures après ces évènements, toujours le 11 avril 2016, Randy Tshilumba se rend au Cégep André-Larendeau, où il étudie. Le sergent-détective Frédéric Gagné a présenté hier au jury une série de vidéos montrant les déplacements de l'accusé dans le cégep. Vers 7h30, on voit Randy Tshilumba ressortir du vestiaire sportif sans son sac dos  noir. En début de soirée, il retourne au Cégep, reprend un sac du vestiaire et le dépose dans son casier. Au fond du sac, le sergent-détective a retrouvé deux jours plus tard un long couteau noir de marque KA-BAR BK-7. 

Tshilumba a travaillé au Maxi

Quelques mois avant le meurtre, Randy Tshilumba a travaillé pendant un mois pour l'entreprise qui gère la vente de cartes de crédit du Choix du Président, la marque maison de Maxi, a-t-on appris hier. C'est ainsi que Randy Tshilumba a travaillé trois fois dans le Maxi où Clémence Beaulieu-Patry a trouvé la mort, en octobre et novembre 2015. Il a finalement été congédié par SDI Marketing en janvier 2016.

Notons que Randy Tshilumba s'était présenté comme un employé de cette entreprise le 2 avril 2016 pour aborder Clémence Beaulieu-Patry dans le supermarché, a témoigné une employée du Maxi mardi.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer