Stéfanie Trudeau écope d'un sursis de peine de 12 mois

Stéfanie Trudeau... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE)

Agrandir

Stéfanie Trudeau

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré les vidéos qui ont abondamment circulé, et sa déclaration de culpabilité, Stéfanie Trudeau estime toujours avoir agi correctement, le 2 octobre 2012.

« C'est une cause injuste et inéquitable. C'est tout ce que j'ai à dire », a laissé tomber Mme Trudeau, jeudi, quand le juge lui a demandé si elle avait quelque chose à dire, avant qu'il lui impose sa peine. Après le bref laïus de l'ex-policière, le juge lui a finalement imposé un sursis de 12 mois, et 60 heures de travaux communautaires, comme le suggérait la Couronne.

« Le policier jouit de vastes pouvoirs, mais il ne peut brutaliser les citoyens. Peu importe qui il est et ce qu'il fait, un citoyen ne peut être brutalisé. C'est simple à comprendre », a fait valoir le juge Daniel Bédard. Il a rappelé que Mme Trudeau avait fait une « arrestation illégale, et qu'elle avait utilisé une force excessive, brutale et dangereuse », ce fameux soir d'octobre 2012 sur l'avenue Papineau. Il a rappelé brièvement les faits, en insistant sur l'agressivité de la policière, qui a commencé dès l'interpellation de Rudi Occhietti, qui avait une bière à la main. Elle a ensuite pourchassé Serge Lavoie, à qui elle avait dit de « s'effacer. » Elle l'a descendu dans les marches en lui faisant des prises au cou. Le juge a noté qu'elle était en compagnie d'un jeune policier lors des événements, à qui elle devait servir de modèle. 

Le juge estime que Mme Trudeau était à ce point consciente (d'avoir outrepassé son pouvoir) après l'intervention, qu'elle a « demandé de récupérer les caméras, pour limiter les dégâts. »

Absolution

Le magistrat a admis que l'absolution, telle que proposée par la défense, aurait pu être une option valable. Le juge ne doute pas que Mme Trudeau n'a pas eu la vie facile depuis quatre ans, tant au point de vue personnel que professionnel. Elle ne peut plus travailler comme policière au SPVM, et a pris sa retraite. Par contre, elle n'a pas témoigné lors des représentations sur l'observation, et le juge n'a pas pu évaluer le « sérieux de son désir » de travailler comme agent de sécurité dans le futur. Son avocat avait fait valoir qu'une peine autre qu'une absolution saperait ses chances d'être embauchée dans le milieu de la sécurité privée.

Le juge a finalement écarté l'absolution et privilégié la dissuasion générale.

Me Jean-Simon Larouche s'est bien sûr déclaré satisfait de la décision, puisque c'est ce qu'il proposait.

Pour sa part, Me Rancourt est content que sa cliente se soit exprimée comme elle l'a fait. « Je suis content qu'elle l'ait dit au juge. Elle voulait le dire... Elle est à la retraite aujourd'hui, elle aurait pu plaider coupable à l'infraction sommaire, et probablement qu'on aurait eu l'absolution... C'est une arrestation musclée où il n'y a eu aucune blessure. Arrêter quelqu'un qui ne veut pas se faire arrêter ce n'est jamais beau. On respecte la décision du juge, on est en appel, on verra. »

«Elle est l'instigatrice de la situation... Elle a utilisé une force excessive en position d'autorité...»

Extrait du jugement du juge Daniel Bédard

«On vit dans une société démocratique... Le criminel le plus aguerri sait qu'il ne se fera pas tabasser ou rudoyer.»

Extrait du jugement du juge Daniel Bédard

«Elle servait de modèle à un jeune policier ce soir-là. Il m'apparaît qu'il y a un problème.»

Extrait du jugement du juge Daniel Bédard
Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer