Procès pour voies de fait: Stéfanie Trudeau se défend

Stéfanie Trudeau... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Stéfanie Trudeau

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Je ne me suis jamais sentie aussi haïe que pendant ces trois minutes sur le trottoir», a affirmé la policière Stéfanie Trudeau - surnommée «matricule 728» - en témoignant de façon combattive dans le cadre de son procès pour voie de fait.

L'ex-policière est accusée d'avoir utilisé une force excessive dans son intervention du 12 octobre 2012, qui s'est conclue par la déclaration au cours de laquelle elle traite des citoyens de «gratteux de guitare» et de «mangeux de marde».

Mme Trudeau dit avoir été reconnue dès le début de son intervention de routine : «des gens hostiles à ma présence comme je ne l'avais jamais expérimenté», de la haine «comme sur les médias sociaux».

«Si je n'avais pas été 728, j'en aurais pas eu de problèmes», a-t-elle affirmé.

Malgré cela, l'ex-policière a assuré au procureur de la Couronne Jean-Simon Larouche qu'elle n'a pas «pété les plombs» lors de l'intervention. Si elle reconnait certaines erreurs, la force employée était nécessaire, a-t-elle expliqué en substance. «Je suis pas à la maternelle, je suis pas dans un CPE», a-t-elle dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer